Mexique

Image du site http://www.lhotessedelair.com
11 décembre 2016
Par Elizabeth Landry

Rétrospective 2016: Mes coups de coeur voyage en 15 images de bonheur

Les voyages ont cette réputation de faire filer le temps trop vite. Je pense que c’est vrai. J’ai la chance d’avoir un métier qui me fait visiter le monde et j’en suis reconnaissante. En faisant mon bilan 2016, j’ai revu ces instants magiques entre collègues et amis et j’ai hâte de savoir ce que l’année prochaine me réserve. Rétrospective de l’année 2016 en 15 images de bonheur !

  1. Le Nicaragua

L’année aura commencé au Nicaragua, un pays que je ne connaissais pas et qui m’a charmé par ses plages encore sauvages, par sa belle ville coloniale de Granada, par ses volcans et la gentillesse de ses habitants. Ici, la plage de Popoyo prise de l’hôtel et restaurant Magnific Rock.

 

2. Le Roatán, en Honduras

Encore une première et cette fois-ci c’est l’île de Roatán en Honduras qui m’a charmée. J’y suis allée pour pratiquer la plongée sous-marine. J’en avais tellement entendu parler que j’étais réticente à y aller, moi qui veux sortir des sentiers battus… Mais COUP DE COEUR! Pour la plongée, c’est impossible d’être déçue. Je séjournais à l’hôtel Henry Morgan, qui est bien situé et organisé pour les plongeurs car chaque jour s’inscrivent sur un tableau les plongées du lendemain et il suffit d’y mettre son nom pour participer. On paie la totalité des sorties en mer à la fin de son séjour. De plus, la plage de West Bay située juste en face du club, accueille une superbe barrière de corail. Quelques brassées et vous y êtes. Il y a même des jours où j’ai troqué la plongée pour l’apnée tellement c’était beau.

 

3. La Guadeloupe

Dans le cadre de mon travail, j’ai eu la chance de visiter la Guadeloupe pendant 24 heures. Je me souviens que nous décollions en soirée vers Paris, alors avant d’aller faire une sieste, l’équipage et moi avons décidé de louer des SUP (stand-up paddle) pour s’amuser dans la marina de Saint-François. En prenant vers la gauche, tout près de là où des voiliers étaient ancrés, le fond s’est alors élevé et a formé une plateforme peu profonde de sable blanc recouverte d’une eau cristalline comme j’en avais rarement vu. Magnifique!

Pour la location: Yatch Club de Saint-François – 1 h pour 10 euros ou 30 euros la journée – voir carte

 

4. Les Cenotes, Mexique

Vous avez compris que j’adore l’eau! Je vous transporte maintenant au Yucatán, au Mexique. Les cénotes sont des cavernes remplies d’eau douce qui communiquent avec la mer par des passages souterrains. À chaque fois que je plonge dans un cénote, je suis fébrile, remplie d’adrénaline. Bien qu’il n’est pas possible pour un plongeur récréatif de pénétrer trop profondément dans les tunnels immergés, l’expérience reste en soi une épreuve de contrôle sur ses émotions. À l’occasion, il fait un noir total et aucun point d’air à proximité… Restons zen:) Ci-bas, l’eau claire du Gran Cenote.

5. Le Groenland à 36 000 pieds

Avant un vol, si je sais que nous passerons par le Groenland, je suis la harcelante qui demande aux pilotes de m’avertir lorsque nous serons au-dessus. Il n’y aucune chance que je manque ce spectacle. Votre verre d’eau attendra!

6. Sedona, Arizona

Ai-je besoin d’en dire plus?

Une randonnée à faire absolument: Devil’s Bridge

Une baignade à ne pas manquer: Slide Rock State Park

Pour essayer de faire le plein d’énergie sur un Vortex: Airport Mesa

 

7. La San Fermin à Pamplona, Espagne

Que vous soyez pour ou contre cette fête qui se déroule annuellement du 6 au 14 juillet dans les rues de Pamplona, c’est un évènement qu’il faut au moins voir une fois dans sa vie. L’évènement qui a rendu cette fête célèbre s’appelle l’encierro. Tous les matins à 8 am, les taureaux qui seront combattus dans l’après-midi par les toréadors, sont lâchés dans les rues jusqu’aux arènes. Pendant le parcours, des volontaires courent dans les rues en essayant d’éviter les taureaux enragés. Comme les Espagnols savent bien festoyer, l’alcool coule à flot d’où l’importance de louer un balcon pour profiter du spectacle sans se faire piétiner par des touristes trop bourrés…

Les habitants de la ville louent des espaces sur leurs balcons donnant sur la calle Estafeta. Environ 50 euros par personne selon la vue offerte. Visitez ce site pour consulter les offres.

 

8. San Sebastian, Espagne

Je ne vous le cache pas. J’adore San Sebastián! J’y ai vécu pendant un an et j’y suis retournée deux fois depuis. Je jubile rien qu’à penser à ma prochaine visite. Située au nord de l’Espagne dans le Pays basque, la station balnéaire est d’une beauté à couper le souffle. Elle est bordée par deux magnifiques plages (La Concha et la Zurriola) et réputée pour sa gastronomie.

9. Lacanau-Océan, Région de Bordeaux

J’avais déjà visité cette région il y a plusieurs années et je rêvais d’y retourner. Mes souvenirs se résumaient à une magnifique forêt de pins sillonnée par des kilomètres de pistes cyclables. Des années plus tard, la beauté du site demeure la même. En louant un vélo, on s’élance sur les sentiers balisés et on découvre des plages sauvages à perte de vue. Si vous descendez au sud vers le Cap-Ferret, vous pourrez voir de l’autre côté du bassin d’Arcachon, la Dune du Pilat. En bonus, on peut surfer à Lacanau. Bon plan pour un day-trip depuis Bordeaux.

 

10. Cape Cod, Massachussetts

Pour la Québécoise que je suis, Cape Cod est une destination rêvée en saison estivale. De superbes plages pour se prélasser et pas besoin de prendre l’avion! (J’avoue que quelques fois, c’est un argument de taille pour moi…) J’y suis allée pour surfer mais il faut faire très attention car en été, le littoral accueille notre ennemi juré, le Grand Requin Blanc.

À l’entrée des parcs nationaux nous sont remises des instructions de sécurité. D’abord, les phoques sont les principales proies du requin blanc. Il est rare que les requins attaquent les humains mais la dernière était en 2012! (😱)

Règle générale: ne pas nager près des phoques • Nager près du rivage • Ne pas nager seul à la tombée de la nuit • Éviter l’isolation • Surfer en groupe

Ma plage préférée : Marconi Beach

Un camping suggéré: Atlantic Oaks

Un hôtel/ restaurant à ne pas manquer : Chatham Bars Inn

11. Dublin

J’adore l’Irlande! Ces avions d’Aer Lingus me remplissent de bonheur en les voyant alignées sur la piste. Pas de doute, nous sommes à Dublin.

Pour manger des huîtres: Klaw près du Temple Bar

Un restaurant que j’adore: Cornucopia

Une boutique colorée: Boutique Carousel

13. Voilier à Barcelone

C’est en faisant du voilier à Québec que j’ai rencontré un couple de Barcelone. Durant la balade, Andreu me mentionne qu’il a lui aussi un voilier et il m’invite à venir faire un tour. Si jamais je passe par là, bien sûr… Disons que ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd!

14. La Broche à Foin en Beauce

Retour dans mon Québec natal. En Beauce, plus précisément, là d’où je viens. C’est là que se trouve l’endroit de prédilection pour passer une soirée mémorable habillé en chemises à carreaux, sans chichi, juste du vrai. C’est lors d’un voyage à San Diego que la propriétaire Marie-Pierre Simard et son défunt copain Bob Bissonnette ont rencontré des pianistes qu’ils ont invités à venir se produire en spectacle à Scott-Jonction. Ils ont relevé le pari et reviennent encore et encore. Vous allez danser, chanter, et ce, même si vous n’êtes pas du genre à taper du pied.

Repas-Spectacle avec réservation obligatoire ici.

 

15. La ville de la Nouvelle-Orléans et ses plantations

La Nouvelle-Orléans a été pour moi un véritable coup de coeur. Que ce soit pour écouter du jazz, pour prendre une margarita en déambulant dans les rues du French Quarter, pour son musée World War II ou encore pour ses belles plantations remplies d’histoires, cette ville et ses alentours sauront vous charmer d’une façon ou d’une autre.

Pour connaître mes recommandations, lire mon article : Escale de 48 h à la Nouvelle-Orléans. Qu’est-ce qu’on fait?

 

Poursuivre la lecture
Partagez!
Image du site http://www.lhotessedelair.com
22 novembre 2016
Par Marie-Eve Garand

Isla Mujeres, un paradis à découvrir et quelques bonnes adresses à retenir!

J’ai récemment passé quelques jours à Isla Mujeres, au Mexique, la magnifique « île des femmes » au large de Cancún. Sans prétention et sans artifice, cette petite île se démarque tout de même par son ambiance décontractée, ses plages de sable fin, et surtout par ses petits bijoux bien cachés que je souhaite vous faire découvrir ici. Comme vous pourrez le voir, Isla Mujeres n’a absolument rien à envier aux tout-inclus du continent !

Taqueria Glenssy (Art Gallery)

Adjacente à une galerie d’art, ce petit stand à tacos vous enchantera. Après une matinée bien remplie à la plage, arrêtez-vous le temps de déguster leurs délicieux tacos de poisson (peut-être avec une bière que vous aurez achetée dans le petit magasin d’en face :) ) En prime, si c’est votre jour de chance, vous apercevrez peut-être un artiste en pleine création d’une œuvre d’art en papier mâché!

Taqueria Glenssy – À l’intersection de Lopez Mateo et Miguel Hidalgo, à un coin de rue seulement de la Playa Norte. Voir carte

Caribbean Brisas

Ce restaurant vaut le détour en taxi. Situé dans le quartier Payo Obispo, tout près de l’église locale, on y sert le meilleur steak de thon. Cuit selon vos préférences et recouvert d’une délicieuse tapenade d’olives noires, il n’y a pas de meilleur repas sur l’île. Et si l’envie vous prend d’y retourner à nouveau le lendemain pour le petit-déjeuner, comme nous l’avons fait, le chile poblano relleno est tout à fait savoureux. Ce beau gros piment est farci d’un mélange d’œufs et fromage (avec ou sans viande selon vos goûts), légèrement pané puis arrosé d’une sauce rouge absolument délectable. Vous en redemanderez !

Caribbean Brisas, voir carte , Page Facebook

Pita Amore

Impossible de parler de la cuisine sur Isla Mujeres sans faire mention du Pita Amore. La formule gagnante pour tous : ambiance, service, qualité, quantité, et bon prix ! On y retourne encore et encore… N’oubliez pas de signer votre nom sur les murs !

Pita Amore, voir carte, Page Facebook

Casa Del Buceo

Ce centre de plongée remporte la première place sur TripAdvisor ! Une équipe chevronnée avec plus de 25 ans d’expérience, des circuits bien organisés, vous les recommanderez à votre tour. Si vous aimez l’aventure et souhaitez vivre une matinée forte en émotions, ils offrent des excursions pour nager avec les requins-baleines, au large de Cancún. Vous pourrez observer ces gigantesques créatures dans leur habitat naturel, comme il se doit. (de mai à septembre seulement)

Casa del Buceo, www.casadelbuceo.com, voir carte

 

El Patio

La journée terminée lorsque vous êtes bronzés à souhait et que vous avez l’estomac bien rempli, il ne vous manque que la musique ! Rendez-vous dans ce petit bar, montez sur le toit pour déguster un margarita tout en écoutant l’auteur-compositeur-interprète du moment vous chanter ses meilleurs succès, directement sous les étoiles. Et si, après un ou deux margaritas, vous avez envie de vous trémousser sur le plancher de danse, descendez au rez-de-chaussée pour la deuxième partie. Pour l’horaire des prestations, allez sur leur page Facebook, El Patio House of Music.

El Patio, voir carte


À propos de notre collaboratrice

Marie-Eve vit de sa passion du voyage depuis plus de dix ans en tant qu’hôtesse de l’air. Fille de militaire, elle a vécu en Belgique, et n’a cessé de voyager autour du monde depuis, tant pour le plaisir que pour le travail. Ses découvertes favorites incluent la Corse, la Turquie et l’Indonésie. Elle raffole de la lecture, du yoga et de la cuisine du monde mais s’affectionne de la cuisine végétarienne.

Poursuivre la lecture
Partagez!
Image du site http://www.lhotessedelair.com
26 janvier 2015
Par Elizabeth Landry

La joie retrouvée au SayulitaCruz SurfCamp

Les agents de bord ont plusieurs talents. Quand l’un écrit, l’autre s’abandonne à sa passion et fonde son propre surfcamp dans la petite ville balnéaire de Sayulita, située à une heure de route de Puerto Vallarta, sur la côte ouest-mexicaine.

J’avais été invitée, il y a un mois, à me joindre à cette première édition du SayulitaCruz Surfcamp. «Je ne peux pas. J’ai un livre à écrire… », m’étais-je désolée.

Mon amie et collègue Isa est revenue à la charge 24 h avant le départ. « On va être 20 ! Tu devrais venir. Ça va être génial ! »

J’ai consulté mon manuscrit. Jusqu’à présent, mes chapitres me satisfaisaient. J’ai vérifié les disponibilités à bord. Plus de quinze sièges. J’avais le champ libre ! Un stand-by en poche, ma planche de surf d’une main, mon backpack sur le dos, j’ai sauté dans l’avion. Ouf, c’est ce qu’on appelait un voyage de « dernière minute ».

En vol, des insécurités ont jailli dans mon esprit. J’imagine qu’être restée trop longtemps devant mon ordinateur à écrire mon roman m’avait rendue sédentaire et confortable dans ma routine. « Où vais-je dormir ? Est-ce que ça sera confortable ? Qui va être là ? »

Déjà que voyager avec une seule personne de possibles malentendus peuvent survenir, j’imaginais le pire avec vingt joyeux lurons…Ce que j’ignorais à ce moment-là, c’est que le pilier qui nous unissait tous, s’appelait David Lacroix, un gars « chill » comme il ne s’en fait pas assez, et qui, par sa bonté, son sourire, son aura, rend les gens autour de lui aussi « chill » que lui.

Bienvenue dans le monde d’un surfeur/agent de bord/entrepreneur/amoureux de la vie à Sayulita.

L’expérience David

J’avais entendu parler de David et ce, même si nous ne sommes pas basés dans la même ville. Je savais qu’il surfait. Ou plutôt, qu’il ADORAIT surfer. Tellement, qu’il désirait partager sa passion avec les non initiés à ce sport. Cette idée lui trottait dans la tête depuis un bout. Elle continuait à mijoter et il savait qu’il devait concrétiser son rêve sinon il le regretterait. Comme un vide qui l’habiterait éternellement. Il a donc fait le grand saut, il y a une semaine.

« Wow, c’est ici qu’on va dormir ? », demandai-je une fois arrivée dans la villa qui nous accueille tous. Ma peur de dormir avec des coquerelles s’efface. Notre hôte nous a réservé une villa de luxe avec piscine commune. Le confort dans toute sa splendeur. Je me laisse séduire par les installations et surtout par mes futurs amis avec qui je suis déjà à l’aise.

D’ailleurs, heureusement que la complicité du groupe s’installe instantanément, car, bien que malgré moi, je passe la moitié du voyage entre la plage et la salle de bain…

Les bactéries mexicaines n’auront pas eu pitié de moi et elles ne me donnent aucun répit. Malgré cela, j’arrive à profiter de mon voyage, car les amis qui gravitent autour de David sont tous, sans exception, aussi remarquables que lui. Un jus au gingembre Eli ? Une tape dans le dos ? Non,merci, juste la toilette!

Quand l’énergie me revient un peu, la présence de mes nouveaux amis me donnent la force de me lever et d’aller quand même à la plage. L’expérience vaut trop la peine pour rester au lit.

Tout est pris en charge. Cours de surf. Cours de yoga. Massage privé à la villa si l’un le désire. Excursion en catamaran aux iles Marietas (que j’ai manqué :( mais qui aura mis des étoiles dans les yeux de tous ceux qui ont fait l’expédition). Nous mangeons en groupe au restaurant, sans vouloir nous séparer.

Un vrai camp de vacances comme au secondaire ! J’ai peut-être perdu cinq livres, mais j’ai retrouvé une légèreté que j’avais délaissée, cachée derrière une tonne de mots d’un tome 3. Merci et longue vie à SayulitaCruz Surfcamp !

INFOS: Sayulita Cruz Surf Camp – Sayulita- Mexico / Sur Facebook. www.sayulitacruzsurfcamp.com

Poursuivre la lecture
Partagez!
Image du site http://www.lhotessedelair.com
19 avril 2012
Par Elizabeth Landry

Plonger la Riviera Maya

Depuis un moment, la «fin du monde» prédit par les Mayas en décembre 2012 fait l’objet d’interrogations, d’analyses et de reportages. Sans tomber dans les recherches scientifiques, j’ai plutôt décidé de donner un aspect exploratoire à ma quête du monde maya. C’est donc dans un esprit d’aventure qu’une amie et moi avons décidé de repousser nos limites et de faire la découverte du monde maya sous-marin. Voici un petit résumé en images de notre expédition.

Merci à Ysabelle Mercier pour son courage à 120 pieds et pour son parfait coup de palme de grenouille dans les cenotes afin de ne pas brouiller l’eau de sédiments calcaires:)

Pour la première journée de notre forfait «Découverte Maya», nous avons exploré la côte de la Riviera Maya juste en face de l’hôtel Grand Occidental X-Caret.

un hôtel que je ne recommande pas car la plage est minuscule et des kilomètres de sentiers vous séparent du lobby à votre chambre. / + + Bonne nourriture par contre et possibilité de découvrir une plage déserte entre les rochers et donc d’être seul au monde loin des touristes agités.)

Site de plongée: TORTUGAS & SABALOS

Comme son nom l’indique, il y a de fortes chances que vous verrez quelques tortues de mer. Plongée de dérive, c’est-à-dire que vous devez vous laisser aller avec le courant. De toute façon, aucune chance d’aller à contre-courant! Vous pouvez toujours essayer pour le plaisir.

++ Eau claire à 80ºF. Profondeur maximale d’environ 60 pieds et de 50 pieds (Sabalos).  – – Beaucoup de bateaux, environnement bruyant. Pauvres poissons!

       

Pause obligée sur une plage déserte

Un plongeur doit écouter son corps en tout temps. Si son body (son partenaire plongeur) descend à la vitesse de l’éclair dans les profondeurs de l’océan, vous n’avez pas à le faire aussi. D’ailleurs, il est de son devoir d’attendre que vous soyez prêt et confortable. Si vous avez mal à la tête ou mal aux oreilles c’est peut-être pour une raison alors ne repoussez pas vos limites. Ceci étant dit, pour la deuxième journée, ma partenaire et moi avons donc dû faire une pause. Oreilles obligent.

Nous avons donc découvert une plage déserte où nous avons été témoins d’une horrible chasse aux requins! Le lendemain, mon guide de plongée nous racontera qu’un requin-tigre avait été tué par des pêcheurs illégaux. Ils se sont alors amusés à le montrer sur la plage aux touristes heureux de prendre des photos avec l’animal. Ah! si touristes savaient… Photo à l’appui.

Les cénotes sacrés

Chaque plongée est magique. Or, certaines émerveillent véritablement. C’est le cas de ces mystiques cavernes immergées qui furent pendant longtemps un lieu de culte pour les Mayas. Ces derniers croyaient qu’elles permettaient de communiquer avec l’inframonde spirituel. Au fil de millions d’années, l’irrigation et la dissolution de la roche calcaire au-dessus des rivières souterraines créèrent un système de cavernes étendues sur des kilomètres et façonnèrent d’impressionnantes stalactites et stalagmites, véritables chefs d’œuvres de la nature.

Plonger dans un cénote, c’est voguer dans l’espace à la manière d’un astronaute car ici, l’eau douce presque stagnante demeure complètement claire et il devient alors difficile de distinguer les ondes de l’eau créées par nos mouvements. Certains de ces puits naturels possèdent un fond d’eau salée car les rivières qui les abreuvent se jettent dans l’océan. C’est le cas des cénotes que nous avons visités: CHAC MOOL et KUKULCAN.

Informations sur l’affiche: Plus de 300 plongeurs sont morts dans les cavernes mexicaines. Soyez donc prudent!

Faits Intéressants

♦ Les trois plus longues cenotes du monde se situent dans la Riviera Maya (X Bel Ha (146.7 km), Nohoch Nah Chich (61 km), Dos Ojos (57.7 km))

♦ Le cenote Zacatón également situé au Mexique est le plus profond au monde avec une profondeur totale de 335 mètres.

Cozumel, la plus belle

La découverte des fonds marins mexicains ne serait pas la même sans l’exploration du littoral de l’île de Cozumel. La visibilité de l’eau est notoire et le fond marin est chargé de poissons et de coraux de toutes sortes. La plupart des plongées s’effectuent dans un environnement où un fort courant est présent. Inutile d’essayer de lui résister. Afin de relaxer un peu, il est possible de s’infiltrer dans de petites criques où le courant se fait moins sentir. Voici des images du site YUCAB qui se trouve sur les abords d’un mur abrupt qui descend presque éternellement et le site Paradise, un site beaucoup plus zen que le précédent.

Bonnes plongées!

Poursuivre la lecture
Partagez!