Italie

Image du site http://www.lhotessedelair.com
5 juin 2013
Par Elizabeth Landry

La Dolce Vita - Partie 2 - Pas de photo à la Chapelle Sixtine

Je vous ai laissé à Positano sur la côte amalfitaine, là où chaque tournant vous donne la chair de poule. Vous vous souvenez?

Moi qui avais déjà vécu une bonne dose de stress n’avais rien vu, car en réalité le pire était à venir. Prochain arrêt: un vignoble d’exception à Furore.

Vignoble de Marisa Cuomo

Quelque part perché en flanc de montagne, tout haut dans les airs, se trouve le vignoble de Marisa Cuomo. Pour s’y rendre, il faut prendre une profonde respiration et s’armer de courage car la route serpente et monte abruptement. Une fois arrivé, la vue impressionnante vous fera oublier le reste.

Ce vignoble fut offert par Andrea Ferraioli à sa femme Marisa Cuomo dans les années 80. Un cadeau qui aujourd’hui produit des vins de grande renommée, dont un blanc qui a été élu plusieurs fois “Meilleur vin blanc d’Italie”. La particularité de ces vignes: elles sont plantées à même les murs de pierre et puisent donc leurs nutriments dans la roche calcaire. Vieilles d’un siècle, certaines d’entre elles poussent horizontalement et doivent être soutenues par une pergola battue par le vent de la mer. Malheureusement, ces vins ne sont pas exportés au Québec, ni même au Canada… il faut donc venir ici pour les déguster.   (12 euros pour la bouteille la moins chère et d’ailleurs excellente, j’en veux encore!)

MARISA CUOMO
Cantine Gran Furor Divina Costiera di Marisa Cuomo

Via G.B. Lama, 14
84010 Furore (SA)
Tel. :+39 089 830348
Site Internet : http://www.granfuror.it

Ravello

Pour aller à Ravello depuis Furore, il faut passer par la ville d’Amalfi. Je n’y conseille pas un long arrêt à moins que vous désiriez voir la Cathédrale d’Amalfi qui vaut le détour. Une demi-journée suffira. Vous pourriez ensuite dormir à Ravello par la suite et éviter de refaire la même route sinueuse dans la même journée.

Ravello est également perché dans les montagnes et est situé à quelques kilomètres de la mer. Les jardins de la Villa Rufolo offrent une vue imprenable sur la Costiera Amalfitana. On peut facilement se transporter au temps des princesses du 13e siècle qui se laissaient charmer par leur beau chevalier. La villa accueille également le Festival Musical de Ravello de mai à septembre.

    

À éviter:

N’y ayant fait qu’une visite éclair, je n’ai donc pu explorer suffisamment la ville. Par contre, j’ai malheureusement une seule adresse à vous déconseiller. Une suggestion qui se retrouve dans le Lonely Planet et également sur le site de Travel & Leisure. Un attrape-touristes que ne vaut assurément pas le détour: Cumpà Cosimo.

Roma

Retour à Rome maintenant, l’une de mes villes préférées car il y a tant à voir, à déguster, à déambuler, à magasiner.  C’est presque hautain à dire, mais je ne compte plus mes visites à la Basilique Saint-Pierre. Et à chaque fois, je suis autant impressionnée par sa beauté magistrale que choquée par la puissance de ce qu’elle représente. Néanmoins, c’est à voir au moins une fois dans sa vie.

Pour changer, je suis montée tout en haut dans la coupole. Si vous êtes claustrophobe, je vous conseille de ne pas vous y aventurer car le passage se rétrécit de plus en plus jusqu’à même s’incliner.

Premier arrêt, l’intérieur de la Cathédrale. C’est là que vous réalisez que toutes ces images que vous croyiez être des peintures vues d’en bas sont en réalité des mosaïques! Une véritable oeuvre d’art en tous points.

  

Deuxième arrêt, le sommet du dôme depuis l’extérieur. Vous avez maintenant une vue imprenable sur la ville de Rome à 360 degrés. Magnifique! (Prix: 7 euros)

    

Vatican

Bien entendu, il ne faut surtout pas manquer la visite du Vatican. Arrivez tôt si vous ne voulez pas passer la journée à cuire au soleil. Les gens en général font la visite du Vatican avant et ensuite la Basilique. Pour ma part, je déteste attendre en file indienne alors nous avons préféré faire un matin le Vatican et l’autre la Basilique. C’est une option.

Plusieurs entrent au Vatican et se dirigent illico vers la Chapelle Sixtine par le raccourci. À mon avis, la Chapelle Sixtine est très belle mais il faut absolument emprunter le chemin “raccourci” en passant par les appartements de Raphaël via les Tapisseries et les Cartes Géographiques. Là, on est bombardé par des chefs-d’oeuvres artistiques inimaginables. On assiste presque à une compétition artistique entre papes, qui à leur tour ordonnaient de décorer telle ou telle pièce, chacune aussi belle l’une que l’autre. Je dirais même que j’ai préféré le parcours avant d’entrer dans la Chapelle Sixtine, car une fois arrivé à destination, il y a tant de monde qu’on arrive à peine à se concentrer pour admirer les fresques de Michel-Ange. (Entrée: 16 euros sans guide)

   

Mangare

Pour terminer, je vous conseille deux bonnes adresses resto. Une dans le centre-ville de Rome près de Via del Corso et l’autre à l’extérieur du centre.

Gusto est un restaurant/pizzeria/wine bar/formaggeria. L’ambiance est très branchée et les 5 à 7 y sont prisés. Un endroit parfait pour les équipages.

GUSTO / Piazza Augusto Imperatore  9 /  Roma, Italie / +39 06 322 6273

Eataly est une expérience culinaire sans pareil. Ici, on retrouve tout sur la gastronomie italienne. Une section est réservée à l’huile d’olive, au mozzarella, à la pizza, aux poissons,  aux sauces tomates, aux pâtes. On y vient pour manger, pour faire les courses, pour prendre un verre. Il y en a pour tous les goûts!

Pour plus d’infos, voir le blogue gourmand Un déjeuner de soleil.

EATALY/ Air Terminal Ostiense

Piazzale XII Ottobre 1492
Tel. +39 06 90279201

Ouvert de 10 à minuit.

En préparation pour le décollage, Bye Bye ITALIA!

Poursuivre la lecture
Partagez!
Image du site http://www.lhotessedelair.com
25 mai 2013
Par Elizabeth Landry

La Dolce Vita - Partie 1- Le plus vieux métier du monde à Pompéi

Lorsque l’on publie un article dans un blogue, il est conseillé d’écrire de façon concise sans s’éterniser. Difficile d’exécuter le tout lorsque le billet porte sur l’Italie. Néanmoins, je tente l’expérience en deux publications. Voici donc, de façon abrégée, la première partie de mes découvertes lors de mon dernier voyage sur la côte amalfitaine et à Roma.

Pompéi

La ville de Pompéi est facilement atteignable depuis Rome en seulement 2 h 30 de voiture et est située tout près de Naples. C’est une halte obligée si l’on descend vers le sud, car vous déambulerez dans les ruelles d’une ville qui, du jour en lendemain, a été ensevelie sous une épaisse couche de cendres et de boue et qui aujourd’hui se dévoile à vous telle qu’elle était il y a de cela 2000 ans, lorsque qu’en l’an 79 A.D, le Vésuve tomba en éruption. (Sa jumelle Herculanum vaut également le détour.)

Pompéi n’est pas une petite ville comme je me l’imaginais mais au contraire énorme car elle accueillait plus de 20 000 personnes. On peut donc facilement s’y perdre. Un guide est conseillé et il vous fournira d’importantes informations.

Ce qui m’aura le plus surpris: la véracité de l’expression Le plus vieux métier du monde… Car là, sur les rues en pierre datant de plus de 2000 ans est gravée ici et là, à travers la ville, la forme d’un phallus pointant en direction de la maison du plaisir…

Comme une image vaut mille mots, les marins étrangers qui faisaient escale à Pompéi, n’avaient qu’à suivre les indications pour se diriger vers l’exaltant bâtiment. Il ne parlait pas l’italien et donc une fois arrivés à destination, ils n’avaient qu’à pointer l’image de leur désir pour que plaisir s’en suive… Ces fresques que vous verrez sont les originales. Impressionnant !

Entrée à Pompéi: 11 euros / Heraculanum : 11 euros / Bus disponible sur le site pour visiter le Vésuve

       

2 : Côte Amalfitaine / Positano

Avant d’arriver sur la côte amalfitaine, je me voyais parcourir la côte d’un bout à l’autre de Sorrento à Salerno, tout en visitant les principaux attraits au gré de cette délicieuse balade. Et bien, j’ai fait erreur car si, le National Geographic lui a réservé un espace dans son livre Drives of a Lifetime, c’est peut être pour une raison.

En résumé, il faut regarder droit devant car, en tant que conductrice, c’était honnêtement très stressant. Pour moi, en tout cas. À tout moment, un bus peut vous klaxonner pour signaler son arrivée au prochain tournant car vous n’arrivez pas à voir le mètre suivant.  Si c’est le cas, vous devrez soit faire marche arrière ou prier pour que ça passe entre les deux. On comprend pourquoi les Italiens privilégient les minis voitures ou les motos. Émotions fortes assurées!

Malgré la nervosité qui m’aura habitée en conduisant, je vous conseille encore de vous y rendre. Il faut le voir pour le croire et vous ne le regretterez pas. J’ai adoré la ville de Positano où les bons restos, les villas surplombant la ville, les ruelles s’entremêlant entre elles, vous accueillent. Je conseille de l’utiliser comme point d’ancrage et de visiter les alentours à votre guise. À moins que vous soyez en lune de miel et que vous ne désirez pas trop d’action, à Positano il y a de tout pour vous plaire.

Inconvénient: $$$$ 

           

Adresses à retenir

Ristorante Boca di Bacco pour les cours de cuisine

     

Vous commencerez vos cours vers 15h30 et terminerez en dégustant vos plats sur la terrasse du restaurant, vue sur la mer. Au menu: pâtes fraîches, pesto maison, gnocchis, sauce tomate maison, aubergines parmigiana, profiteroles au limoncello. Durant tout le cours, on vous sert du vin mousseau italien et on vous donne des conseils de pro. Vendu!

Ristorante Buca di Bacco/ Via Rampa Teglia, 4 / Positano – Italie / www.bucadubacco.it/120 euros par personne. Vin, café inclus. 

Casa e bottega pour dîner (déjeuner). 

Situé sur la rue principale de Positano, ce resto-boutique est parfait pour prendre un café, dîner et ensuite photographier la ville du haut de la montagne. La propriétaire Tanina en est à son 4 ieme restaurant, dont le Palazzo de l’hôtel quatre étoiles Palazzo Murat et Next2. Elle offre une cuisine du jour simpliste et rafraîchissante.

Casa e bottega / via Pasitea, 100 / Positano – Italie / www.casaebottegapositano.it

À suivre …

Poursuivre la lecture
Partagez!
Image du site http://www.lhotessedelair.com
27 juin 2010
Par Elizabeth Landry

Pizzeria Al Leoncino à Rome- Une affaire de Famille

Manger est une activité. Pour moi, une journée parfaite se termine toujours par un bon repas accompagné d’un verre de vin rouge. Même après une nuit blanche à voler dans le ciel, j’évite de manger dans la chambre de mon hôtel. S’il me reste un minimum d’énergie, je m’efforce d’aller déguster un petit quelque chose pour me satisfaire. Pourquoi serais-je une hôtesse de l’air sinon?

Ce dernier vol, je suis retournée à Rome. Quel plaisir! J’avais un restaurant à visiter. Une pizzeria tout près du centre historique appelée Pizzeria Al Leoncino. Je voulais y manger car selon les Romains, l’on y sert l’une des meilleures pizzas de Roma. Cette affirmation était déjà suffisante pour m’y déplacer et m’y asseoir. Mais encore? Et bien maintenant, j’y retournerai:)

Outre une pizza deliziosa cuite au four à bois, la Pizzeria Al Leoncino séduit par son air de «petit casse-croûte mais je n’en suis pas un», son menu de quelques lignes, ses serveurs qui ne parlent que l’italien et ses prix très raisonnables. C’est d’ailleurs l’un des seuls établissements aussi abordable dans ce secteur. Il se trouve tout de même dernière la boutique Fendi…

Après m’être installée à la seule table disponible sur leur petite terrasse située dans la ruelle adjacente à la Via del Leoncino (qui vous l’aurez deviné donna son nom au restaurant), Antonio m’apporte le menu. J’ai le choix entre 21 différentes pizzas (entre 5 et 9.50 euros). Je choisi la calzone al forno (pizza refermée sur elle-même en demi-lune). Et là, j’hésite. J’ai le goût d’une vraie pizza. Je change donc mon choix. Antonio me fait des «si, si», et voilà, je mangerai finalement la pizza bresaola rughetta e parmigiano.

Je dirai qu’elle était juste à point! La croûte juste assez brûlée. Les coins un peu noircis. Le fromage mozzarella bien fondu. Les copeaux de parmesan étendus généreusement. Un morceau de proscuitto pour chaque bouchée. Bref, tout était parfait. La facture aussi d’ailleurs: 13.50 euros incluant le vin.

En mangeant, j’observe mon environnement. Les tables se libèrent mais sont aussitôt occupées à nouveau. Les gens attendent. Ils veulent manger ici, pas à côté. Et moi qui prend une table de 4 juste pour moi! Je suis un peu mal à l’aise. Par contre, personne ne me le fait sentir. La propriétaire Sandra vient même se joindre à moi. Je lui pose quelques questions dans un espagnol/italien difficile à comprendre.

Elle m’explique que la pizzeria existe depuis 1926. À la suite de la mort de son grand-père, l’entreprise fut léguée à son père. Après la mort de ce dernier, il lui légua à son tour. Elle ajoute que les gens qui travaillent pour elle y travaillent depuis bien des années comme Antonio, fidèle depuis 35 ans.

Avant de quitter, je lui demande laquelle des pizzas est sa préférée. Elle me répond qu’un vrai italien préfère la margherita (tomate et fromage) car de cette manière on goûte bien la pâte croustillante; secret pour une bonne pizza. Ce sera donc pour la prochaine fois!

Pizzeria Al Leoncino

Via del Leoncino, 28/Rome/Italie/06 68 67 757/Metro Spagna/ Ouvert tous les jours sauf les mercredis de 12h30 à 14h30 et de 19h à 23h30/Argent seulement/ Pizza entre 5 euros et 9.50 euros/ Carafe de vin maison 5 euros/voir carte

De Piazza del Popolo, prenez la Via Del Corso à droite. Ensuite, continuez jusqu’à ce que vous voyez la Piazza di Spagna à votre gauche et la boutique Fendi à droite. La ruelle est derrière Fendi.

Poursuivre la lecture
Partagez!