France

Image du site http://www.lhotessedelair.com
16 mai 2017
Par Elizabeth Landry

Quoi faire à Saint-Malo pour se gâter?

Plutôt facile de se gâter à Saint-Malo. On commence par quoi?

On savoure des crêpes bretonnes

J’exagère à peine. Mais c’est presque impossible de ne pas grossir à Saint-Malo. Les odeurs des crêpes enivrent les ruelles de la cité corsaire. Cela ne fait pas une heure que je suis arrivée dans la ville que je suis déjà assise à une terrasse à train d’engloutir une galette savoyarde au fromage reblochon du restaurant La Licorne.

J’ai aussi fait un stop dans plusieurs autres crêperies jusqu’à saturation. J’ai bien aimé la crêperie Le Corps de Garde pour manger une crêpe au caramel au beurre salé dans un ancien poste militaire situé sur les remparts avec vue sur la mer.

On réserve une place au restaurant Texture

C’est Yann Perreaud de Sensations Littoral qui m’a conseillé d’aller faire un tour dans cet établissement gastronomique. Quand je suis arrivée, il n’y avait pas de table pour moi alors j’ai pris place au bar à vin situé au deuxième étage. Au menu: bigorneaux, pétoncles, un burger au boeuf maturé taillé au couteau, une entrecôte à la découpe japonaise. J’ai relaxé, dégusté et placoté avec un couple parisien assis à mes côtés. Une très belle soirée!

Restaurant Texture : 8 Rue des Cordiers, Saint-Malo, France, +33 2 99 48 10 00, préférable de réserver.

On s’achète une marinière

J’ai bien essayé de ne pas me faire attraper mais après cinq jours à la voir me faire de l’oeil, j’ai fini par céder à la fameuse marinière, cette tenue portée par les militaires marins et popularisée par Coco Chanel et les Jean-Paul Gauthier de ce monde. Plusieurs boutiques proposent un éventail de styles revisités du fameux chandail mais ce sont ceux de la boutique Brise- Lames que j’ai élus pour me gâter. Un ArmorLux de qualité qui saura perdurer lorsque je ferai du voilier à Québec!

Boutique Brise – Lames : 5 Rue Gouin de Beauchesne, 35400 Saint-Malo, France. voir carte.

On dort dans un hôtel avec vue sur la mer

L’hôtel le Nouveau-Monde est assurément l’une des adresses chouchoutes pour profiter en été des plages de Saint-Malo. Les chambres sont hyper confortables, le petit-déjeuner est délicieux, l’établissement compte un spa en collaboration avec les Thermes Marins de Saint-Malo et finalement la marche pour se rendre à la cité fortifiée n’est que de dix minutes. Pour vous gâter, choisissez une chambre avec balcon face à la mer.

Hôtel le Nouveau-Monde : 64, Chaussée du Sillon, Saint-Malo, 02 99 40 40 00, voir carte.

 

On regarde le coucher du soleil en sirotant un apéro

J’ai cherché l’endroit idéal pour admirer le coucher du soleil et c’est le bar de l’Embraque qui remporte la palme d’or. Il donne sur la plage de Bon secours juste en dehors des remparts. Pour profiter de la balade en s’y rendant, parcourez les remparts de la Place Chateaubriand à la crêperie le Corps de Garde, de là trouvez une façon de descendre jusqu’en bas.

 

On fait une virée en voilier

À mon avis, on ne peut pas passer par Saint-Malo sans faire une balade en voilier dans la baie avoisinante. Lors de mon séjour, j’ai eu la chance d’embarquer à bord du voilier de Yann Perreaud, le sympathique propriétaire de Sensations Littoral. Son voilier en bois et garni de voiles colorées donne l’impression d’être au temps du grand explorateur Jacques Cartier, lui aussi originaire de Saint-Malo.

Pendant la balade, Yann bondit d’un sujet à l’autre en répondant à nos nombreuses questions. Il a grandi ici et il connait bien sa région et son écosystème. Il nous parle de cette île que nous passons et qui aujourd’hui n’est accessible qu’à certains endroits car trop bombardées durant la deuxième guerre mondiale. Il ouvre des huîtres, nous sert un peu de vin, prépare un ceviche de poissons frais. Bref, il nous gâte!

Pour une virée en voilier : Sensations Littoral , 32 avenue Charles Guernier, Saint-Malo, Tél. 06 62 54 38 98

 

Un merci spécial au Salon de Blogueurs de voyage pour l’invitation à participer au salon ainsi qu’à leurs fiers partenaires Tourisme Bretagne et l‘Office de tourisme de Saint-Malo.

Comme toujours les opinions et recommandations exprimées sur ce blogue ont été testées et approuvées. Bon vol!

Vous avez aussi aimez Saint-Malo? Faites-nous part de vos trouvailles et coups de coeur en laissant un commentaire :)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Poursuivre la lecture
Partagez!
Image du site http://www.lhotessedelair.com
11 décembre 2016
Par Elizabeth Landry

Rétrospective 2016: Mes coups de coeur voyage en 15 images de bonheur

Les voyages ont cette réputation de faire filer le temps trop vite. Je pense que c’est vrai. J’ai la chance d’avoir un métier qui me fait visiter le monde et j’en suis reconnaissante. En faisant mon bilan 2016, j’ai revu ces instants magiques entre collègues et amis et j’ai hâte de savoir ce que l’année prochaine me réserve. Rétrospective de l’année 2016 en 15 images de bonheur !

  1. Le Nicaragua

L’année aura commencé au Nicaragua, un pays que je ne connaissais pas et qui m’a charmé par ses plages encore sauvages, par sa belle ville coloniale de Granada, par ses volcans et la gentillesse de ses habitants. Ici, la plage de Popoyo prise de l’hôtel et restaurant Magnific Rock.

 

2. Le Roatán, en Honduras

Encore une première et cette fois-ci c’est l’île de Roatán en Honduras qui m’a charmée. J’y suis allée pour pratiquer la plongée sous-marine. J’en avais tellement entendu parler que j’étais réticente à y aller, moi qui veux sortir des sentiers battus… Mais COUP DE COEUR! Pour la plongée, c’est impossible d’être déçue. Je séjournais à l’hôtel Henry Morgan, qui est bien situé et organisé pour les plongeurs car chaque jour s’inscrivent sur un tableau les plongées du lendemain et il suffit d’y mettre son nom pour participer. On paie la totalité des sorties en mer à la fin de son séjour. De plus, la plage de West Bay située juste en face du club, accueille une superbe barrière de corail. Quelques brassées et vous y êtes. Il y a même des jours où j’ai troqué la plongée pour l’apnée tellement c’était beau.

 

3. La Guadeloupe

Dans le cadre de mon travail, j’ai eu la chance de visiter la Guadeloupe pendant 24 heures. Je me souviens que nous décollions en soirée vers Paris, alors avant d’aller faire une sieste, l’équipage et moi avons décidé de louer des SUP (stand-up paddle) pour s’amuser dans la marina de Saint-François. En prenant vers la gauche, tout près de là où des voiliers étaient ancrés, le fond s’est alors élevé et a formé une plateforme peu profonde de sable blanc recouverte d’une eau cristalline comme j’en avais rarement vu. Magnifique!

Pour la location: Yatch Club de Saint-François – 1 h pour 10 euros ou 30 euros la journée – voir carte

 

4. Les Cenotes, Mexique

Vous avez compris que j’adore l’eau! Je vous transporte maintenant au Yucatán, au Mexique. Les cénotes sont des cavernes remplies d’eau douce qui communiquent avec la mer par des passages souterrains. À chaque fois que je plonge dans un cénote, je suis fébrile, remplie d’adrénaline. Bien qu’il n’est pas possible pour un plongeur récréatif de pénétrer trop profondément dans les tunnels immergés, l’expérience reste en soi une épreuve de contrôle sur ses émotions. À l’occasion, il fait un noir total et aucun point d’air à proximité… Restons zen:) Ci-bas, l’eau claire du Gran Cenote.

5. Le Groenland à 36 000 pieds

Avant un vol, si je sais que nous passerons par le Groenland, je suis la harcelante qui demande aux pilotes de m’avertir lorsque nous serons au-dessus. Il n’y aucune chance que je manque ce spectacle. Votre verre d’eau attendra!

6. Sedona, Arizona

Ai-je besoin d’en dire plus?

Une randonnée à faire absolument: Devil’s Bridge

Une baignade à ne pas manquer: Slide Rock State Park

Pour essayer de faire le plein d’énergie sur un Vortex: Airport Mesa

 

7. La San Fermin à Pamplona, Espagne

Que vous soyez pour ou contre cette fête qui se déroule annuellement du 6 au 14 juillet dans les rues de Pamplona, c’est un évènement qu’il faut au moins voir une fois dans sa vie. L’évènement qui a rendu cette fête célèbre s’appelle l’encierro. Tous les matins à 8 am, les taureaux qui seront combattus dans l’après-midi par les toréadors, sont lâchés dans les rues jusqu’aux arènes. Pendant le parcours, des volontaires courent dans les rues en essayant d’éviter les taureaux enragés. Comme les Espagnols savent bien festoyer, l’alcool coule à flot d’où l’importance de louer un balcon pour profiter du spectacle sans se faire piétiner par des touristes trop bourrés…

Les habitants de la ville louent des espaces sur leurs balcons donnant sur la calle Estafeta. Environ 50 euros par personne selon la vue offerte. Visitez ce site pour consulter les offres.

 

8. San Sebastian, Espagne

Je ne vous le cache pas. J’adore San Sebastián! J’y ai vécu pendant un an et j’y suis retournée deux fois depuis. Je jubile rien qu’à penser à ma prochaine visite. Située au nord de l’Espagne dans le Pays basque, la station balnéaire est d’une beauté à couper le souffle. Elle est bordée par deux magnifiques plages (La Concha et la Zurriola) et réputée pour sa gastronomie.

9. Lacanau-Océan, Région de Bordeaux

J’avais déjà visité cette région il y a plusieurs années et je rêvais d’y retourner. Mes souvenirs se résumaient à une magnifique forêt de pins sillonnée par des kilomètres de pistes cyclables. Des années plus tard, la beauté du site demeure la même. En louant un vélo, on s’élance sur les sentiers balisés et on découvre des plages sauvages à perte de vue. Si vous descendez au sud vers le Cap-Ferret, vous pourrez voir de l’autre côté du bassin d’Arcachon, la Dune du Pilat. En bonus, on peut surfer à Lacanau. Bon plan pour un day-trip depuis Bordeaux.

 

10. Cape Cod, Massachussetts

Pour la Québécoise que je suis, Cape Cod est une destination rêvée en saison estivale. De superbes plages pour se prélasser et pas besoin de prendre l’avion! (J’avoue que quelques fois, c’est un argument de taille pour moi…) J’y suis allée pour surfer mais il faut faire très attention car en été, le littoral accueille notre ennemi juré, le Grand Requin Blanc.

À l’entrée des parcs nationaux nous sont remises des instructions de sécurité. D’abord, les phoques sont les principales proies du requin blanc. Il est rare que les requins attaquent les humains mais la dernière était en 2012! (😱)

Règle générale: ne pas nager près des phoques • Nager près du rivage • Ne pas nager seul à la tombée de la nuit • Éviter l’isolation • Surfer en groupe

Ma plage préférée : Marconi Beach

Un camping suggéré: Atlantic Oaks

Un hôtel/ restaurant à ne pas manquer : Chatham Bars Inn

11. Dublin

J’adore l’Irlande! Ces avions d’Aer Lingus me remplissent de bonheur en les voyant alignées sur la piste. Pas de doute, nous sommes à Dublin.

Pour manger des huîtres: Klaw près du Temple Bar

Un restaurant que j’adore: Cornucopia

Une boutique colorée: Boutique Carousel

13. Voilier à Barcelone

C’est en faisant du voilier à Québec que j’ai rencontré un couple de Barcelone. Durant la balade, Andreu me mentionne qu’il a lui aussi un voilier et il m’invite à venir faire un tour. Si jamais je passe par là, bien sûr… Disons que ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd!

14. La Broche à Foin en Beauce

Retour dans mon Québec natal. En Beauce, plus précisément, là d’où je viens. C’est là que se trouve l’endroit de prédilection pour passer une soirée mémorable habillé en chemises à carreaux, sans chichi, juste du vrai. C’est lors d’un voyage à San Diego que la propriétaire Marie-Pierre Simard et son défunt copain Bob Bissonnette ont rencontré des pianistes qu’ils ont invités à venir se produire en spectacle à Scott-Jonction. Ils ont relevé le pari et reviennent encore et encore. Vous allez danser, chanter, et ce, même si vous n’êtes pas du genre à taper du pied.

Repas-Spectacle avec réservation obligatoire ici.

 

15. La ville de la Nouvelle-Orléans et ses plantations

La Nouvelle-Orléans a été pour moi un véritable coup de coeur. Que ce soit pour écouter du jazz, pour prendre une margarita en déambulant dans les rues du French Quarter, pour son musée World War II ou encore pour ses belles plantations remplies d’histoires, cette ville et ses alentours sauront vous charmer d’une façon ou d’une autre.

Pour connaître mes recommandations, lire mon article : Escale de 48 h à la Nouvelle-Orléans. Qu’est-ce qu’on fait?

 

Poursuivre la lecture
Partagez!
Image du site http://www.lhotessedelair.com
18 octobre 2013
Par Elizabeth Landry

Séjour d'écriture et bonne bouffe en France

Rechercher la perfection est à ce qu’on dit un défaut. C’est sûrement vrai, car avouons que rien n’est parfait, même pas la Terre, qui demeure magnifiquement belle mais aussi imparfaitement ronde. Néanmoins, j’ai tout de même tendance à rechercher cet absolu. Je saute donc d’un pays à l’autre, d’une plage à l’autre ou d’un restaurant à l’autre, tant et aussi longtemps que mon parfait à moi n’est pas comblé.

La plupart du temps, ma quête de l’idéal joue en ma faveur. Au fil de mes voyages, j’ai découvert des petits bijoux à travers le monde, cachés ici et là pour me satisfaire. Heureusement, une fois mes attentes comblées, ma quête cesse enfin. J’y retournerai ensuite à répétitions, heureuse et complète.

     

Ces dernières semaines, mon défaut de perfection m’aura encore servi et j’ai découvert l’endroit « parfait » pour créer et pour à compte-gouttes, mot par mot, réaliser l’un de mes rêves : écrire un livre.

Car soyons honnête, je suis hôtesse de l’air de métier ! J’aime bouger jusqu’à m’étourdir. Je déteste demeurer trop longtemps sans rien faire, d’où ma volonté de m’éloigner des « Hey, Eli, on se fait un souper cette semaine ? » ou des « On va au Spa?» Et moi qui devrais répondre sans amertume : « Non merci, je préfère pitonner, seule comme un creton ! ».  Ouin… il me fallait trouver une solution.

Tel un business, j’ai décidé d’investir dans mon rêve et à trois reprises, je me suis exilée pour me transformer en un genre d’ermite devant son ordinateur. J’ai adoré ma première expérience mais je ne suis pas retournée. Il manquait quelque chose. À cet instant, je n’aurai su dire quoi exactement sauf que cet imparfait me forçait à chercher ailleurs. Ma deuxième expérience m’a encore permis d’être productive, et pourtant, j’ai encore cherché. La troisième a été la bonne! Voyons voir ce en quoi cet endroit m’est fabuleux.

Circle of Misse– Gastronomie et Créativité

(Missé est une petite communauté dans le Poitou-Charentes)

Les propriétaires

Wayne et Aaron se sont rencontrés à Istanbul, il y a de cela une dizaine d’années. De là est née une histoire d’amour entre un ancien violoniste d’origine irlandaise et un journaliste américain. Avec le temps, il fallait s’établir. Ils ont donc choisi l’Angleterre en hiver et la maison de vacances d’Aaron en été. Cette dernière, au fil des années, est devenue pour plusieurs de leurs amis, un endroit paisible pour créer, d’où l’idée d’une résidence pour écrivains.

À l’occasion, Alison, une très bonne amie et d’ailleurs ancienne hôtesse de l’air pour Deutsche BA, se joint à eux pour un coup de main dans la cuisine. Car, il ne faut pas l’oublier, Wayne et Aaron partagent la même passion: la bonne bouffe!

(N.B. Aaron parle français ainsi qu’Alison)

Le souci du détail

1- Les bouts de papier sous la porte et la boîte à lunch:  Pour ne pas brusquer le processus de création, on glisse sous notre porte des messages inscrits sur des bouts de papier tel que: «le déjeuner est servi». Lorsque l’on ouvre la porte, une boîte en bois nous attend. Elle renferme notre délicieux lunch. On peut donc continuer à écrire en mangeant, ou sortir à l’extérieur dans le jardin pour s’aérer l’esprit. Ingénieux!

2- Diversité culinaire: En deux semaines, je n’ai jamais eu à déguster la même chose. Pas une fois! Comme des cours de cuisine sont aussi offerts, j’avais droit à un vrai festin chaque soir (une image vaut mille mots…) ainsi qu’à une agréable compagnie. Je n’aime pas tant que ça l’isolement finalement:)

 

 

3- Le confort : Les chambres sont grandes, sans tapis, ce qui pour moi, me rassure. C’est propre. Les lits sont trop confortables… je dis trop car, difficile de se lever pour se discipliner. Néanmoins, je ne troquerais jamais ce lit contre un autre moins accueillant.

4 – LE VIN! : Nous sommes en France, il ne faut pas l’oublier. Et me considérant fan de vin, je suis très heureuse d’apprendre que Wayne et Aaron le sont aussi. En fait, ils en sont accros et ils ne s’en empêchent pas pour vous le montrer. Chaque soir, à partir de 19 h, l’apéro est servi dans le salon. Le souper est offert à 20h et rapidement on oublie notre ordinateur.

  

Autour d’une bonne table, on parle de nos projets de livre, on reçoit des astuces d’auteurs, on parle du métier d’hôtesse de l’air, qui semble toujours fasciner autant. Un métier qui soulève rapidement des conversations intéressantes, car tout le monde a une histoire à raconter à propos d’un voyage. (Comme Susan, qui raconte qu’un éclair a frappé son avion en plein vol!)

5. Les sentiers: Dernier point et non le moindre, la nature! Autour de Circle of Misse, des sentiers s’offrent à vous. Vous pourrez courir, marcher ou même admirer un cygne blanc… Voyez par vous-même!

Pour terminer, je dois préciser que la majorité des invités parlent la langue anglaise. J’étais pour ainsi dire la première auteure de langue française depuis la création de Circle of Misse en 2009. J’espère que cet article poussera mes lecteurs à suivre la cadence.

Bonne écriture!

Circle of Misse 

www.circleofmisse.com 

Pour cours de cuisine:  

00 33 549 681 470  05.49.68.14.70

Pour un séjour d’écriture: circleofmisse@gmail.com

Poursuivre la lecture
Partagez!
Image du site http://www.lhotessedelair.com
6 octobre 2013
Par Elizabeth Landry

Qui dit Octobre dit Vendanges!

On profite d’un vin qu’après qu’il ait été concocté par son vigneron dans son coin de pays. Pour monsieur Tout-le-Monde, il ne verra rien qu’en aux étapes de sa fabrication. Il n’aura pas planté ces délicates vignes, ni examiné ces milliers de grappes qui mûrissent tranquillement. L’effort, ce ne sera pas lui qui l’aura fourni. Sa tâche se résume plutôt à déboucher la bouteille et à savourer ce délicieux liquide dans toute sa splendeur.

Nous savons bien que le vin est élaboré à partir des raisins, mais avons-nous vraiment envie de nous agenouiller pour le ramasser?

Bien OUI !

Et il semblerait qu’il soit difficile de trouver un espace disponible dans un vignoble français pour vivre cette expérience.

Céline Blet du vignoble Terres Blanches à Oiron en France m’a expliqué qu’elle a déjà tous ses cueilleurs pour les vendanges qui viennent de commencer. En fait, pour les prochaines semaines, elle et son mari, Benoit Blet feront vivre à leurs amis et invités la même expérience sur leur 8.5 hectares de vignes cultivées en agriculture biologique et biodynamique.

En matinée, ils cueilleront les raisins pour ensuite boire du vin et profiter d’une bonne table en guise de remerciements pour la main d’œuvre. Je me sens donc choyée d’avoir remplacé quelqu’un qui ne pouvait plus participer. J’ai bien sûr sauté sur l’occasion et j’ai adoré !

         

      

Bon, je ne me serais peut-être pas offerte pendant une semaine, mais je comprends le dur labeur derrière le produit. J’ai été aussi heureuse de constater qu’ici, au Domaine des Terres-Blanches on gardait encore l’esprit des vendanges: celle de rassembler. Il faut dire que c’est grâce à une histoire d’amour que ce vignoble existe et on le ressent. Merci  à Céline et Benoit Blet pour leur fabuleux accueil !

      

  

Domaines des Terres-Blanches

Vins issus de culture biologique et biodynamique depuis 2010

Non disponible au Canada

www.terres-blanches.fr

Poursuivre la lecture
Partagez!