Chroniques

Image du site http://www.lhotessedelair.com
30 avril 2017
Par Elizabeth Landry

Comment je suis devenue agente de bord. La magie de la vie?

L'Hôtesse de l'air souffle des bougies, Flight Attendant Blog Uniform

Merci à Francinea pour le magnifique gâteau fait à la main par une artiste de la Beauce.

J’étais prédestinée à devenir agente de bord. Depuis longtemps qu’on me lançait: « Toi, tu devrais devenir hôtesse de l’air! ». C’est clair qu’à me voir partir comme ça à l’étranger chaque été, j’avais le profil de l’emploi. Mais je m’entêtais. J’allais terminer l’université, travailler dans un bureau, avoir une carrière importante BLA BLA BLA. Dans ma tête, (préjugés inclus), je ne pouvais finir à servir des PEPSI dans un avion.

J’avais tout faux! Être agent de bord, c’est bien plus que cela (comme vous l’avez sûrement compris en suivant mon blogue et mes livres). C’est des belles rencontres, des aventures différentes d’un vol à l’autre, l’ouverture sur le monde. C’est aussi porter plusieurs chapeaux: infirmière, psychologue, mécanicienne ou même d’être un système GPS :)

Bien sûr, la fatigue et le décalage horaire reste difficile à gérer ( et un jour si je change de métier, ils en seront la cause principale…) mais j’ai souvent le plaisir de me dire lorsque je travaille que je n’ai pas vu le temps passer. Pouvez-vous en dire autant de votre métier? (Si oui, faites m’en part dans les commentaires ci-bas.)

Je m’étais donnée six mois. Six mois pour essayer. Pour penser à ce que je voulais faire dans la vie. Dix ans plus tard, je suis encore là.

Vous vous demandez alors, étant donné que je ne voulais pas devenir agente de bord, pourquoi je le suis aujourd’hui?

La magie de la vie. Comme quoi des fois, si votre chemin est tel, la vie s’arrange pour vous le montrer.

Elizabeth Landry dans poste de pilotage avion Aviation

Un jour, je reçois l’appel d’une bonne amie à moi. Elle avait comme moi terminé l’université et se cherchait un peu. Elle avait postulé pour Air Canada à Vancouver et avait obtenu le poste.

« Applique! m’a-t-elle dit. Tu ne sais pas quoi faire. Tu n’as rien à perdre après tout…»

Comme j’étais vraiment perdue à ce moment de ma vie, j’ai décidé d’appliquer. Comme les entrevues à Montréal étaient terminées, ma mère m’a forcée de me rendre à Toronto. Je suis partie seule, bien motivée à dénicher l’emploi.

J’avais préparé des questions-réponses selon les recommandations de mon amie. Je les avais tellement répétées que je les savais par coeur. avion au-dessus des nuages par L'Hôtesse de l'air

Le jour de l’entrevue, trop stressée, j’ai réalisé la pire entrevue de ma vie en tutoyant, non pas 1 fois mais 2 fois mon interviewer!

Le courant ne passait pas entre elle et moi. Je ne me sentais pas bien. Un inconfort inexplicable.

Dans la salle d’attente, mon voisin s’est mis à me parler. Je lui ai dit que je ne pensais pas être choisie. C’est là qu’il m’a mentionné le nom d’une autre compagnie qui embauchait des agents de bord. Il avait aussi postulé pour celle-ci et je pouvais faire de même si je le voulais.

Je suis revenue bredouille de Toronto mais je ne me suis pas découragée. Dès mon retour, à 23h tapantes, j’ai envoyé mon application à l’autre compagnie. En pressant la touche ENTER, j’étais loin de me douter que je scellais ma carrière pour un bon bout de temps.

L’entrevue s’est bien déroulée. Non seulement parce que je savais quoi répondre (j’avais tellement appris mon texte que ça coulait naturellement) mais aussi parce qu’en entrant au siège social, une énergie positive me donnait le goût d’y rester. Il fallait que je travaille ici.

Mon métier, je l’aime pour ses hauts et ses bas (surtout quand ça me donne des bonnes anecdotes à raconter! ) mais aussi parce que j’ai été choisie par une compagnie qui a réussi à me faire tatouer sur le coeur son étoile bleue que je ne troquerais jamais pour une autre.

Alors voilà. Tout comme les quelques 80 collègues qui ont été embauchés en même temps que moi, je souffle mes bougies. Merci pour ces 10 ans avec vous ! L’aviation étant ce qu’elle est … une source inépuisable d’inspiration!

agent de bord du quebec

 

◊ Par souci de confidentialité, vous remarquerez que je ne nomme pas LA compagnie en question. Les indices sont là, faites vos déductions…  À noter que L’Hôtesse de l’air est une entité à part entière et que les propos exprimés sur ce blogue ne représentent pas ceux de mon employeur.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Partagez!
Anciennes chroniques >

Laisser un commentaire

avatar

wpDiscuz