Chroniques

Image du site http://www.lhotessedelair.com
2 octobre 2018
Par Luc le pilote

Peut-on vraiment perdre la trace d’un avion?

Vous lui avez parlé via Skype hier. L’être cher revient demain sur les ailes de VéoAir. Vol VE223 qui doit arriver à 15h15 depuis Barcelone.

En techno que vous êtes, vous jetez un coup d’oeil à votre application préférée de traçage d’avion. Vous découvrez que l’appareil a quitté l’Espagne tardivement et que votre tendre moitié sera en retard.

Voilà qui vous laisse un peu de temps pour trouver des fleurs.

Vous vous présentez à l’aéroport 30 minutes après la nouvelle heure d’arrivée. En entrant, vous recevez un texto de l’être aimé: « Je suis aux bagages, j’arrive dans 5 minutes », annonce-t-elle. Et c’est exactement cinq minutes plus tard que vous accueillez l’attendue avec les éloges qu’elle mérite.

Mine de rien, c’est prodigieux !

 

Comment ça marche?

Internet est le média via les ondes cellulaires et les routeurs satellites qui nous permet de se parler en direct d’un bout à l’autre du monde et de recevoir des textos presque en temps réel.

Mais, est-ce que la position de l’avion vient aussi par Internet?

Oui et non.

D’abord, les instruments de bord de l’appareil ne sont en aucun cas connectés à Internet.

Aucun hacker ne pourrait décider de dévier un appareil de sa route ou de son altitude.

 

La position de l’avion vient des radars qui sont situés au sol. Des radars, il y en a partout autour du globe mais certains endroits isolés y échappent comme le Grand Nord Canadien, l’Antarctique, certains pays moins organisés où les équipements font défaut et, bien sûr, l’ensemble des grandes étendues d’eau.

C’est pour ça que je dis qu’on peut voir l’avion «presque» en temps réel, parce que certaines zones échappent aux radars. En fait, ces radars captent un petit émetteur sur l’avion qui s’appelle: le transpondeur

 

1.Le transpondeur, qu’est-ce que c’est?

Cet appareil muni d’un code à quatre chiffres permet aux contrôleurs d’identifier l’avion, d’y voir sa position, son altitude et sa direction.

Avant l’envolée, le pilote se voit attitrer un code qui permettra aux différents contrôleurs de « voir » l’appareil sur leur écran et c’est cette position qui est retransmise sur Internet pour aider les voyageurs à nous suivre en temps réel.

Grâce au transpondeur, il est aussi possible de communiquer certaines situations.

En urgence, on affiche 7700. En panne de communication 7600 et en cas de détournement c’est 7500.

Ainsi, un pilote peut aviser les contrôleurs sans alerter les pirates de l’air que l’avion est sous l’emprise de malfaiteurs.

 

2. Le système CP-DLC, un outil très utile

Récemment, d’autres systèmes se sont ajoutés au transpondeur. Avec les satellites qui nous survolent, l’appareil peut maintenant transmettre sa position aux contrôleurs où c’était impossible de le faire avant. Au-dessus de l’Atlantique par exemple.

Ce système appelé CP-DLC (Controler-Pilot Data Link Connection) permet d’envoyer des textos pour faire des demandes de changement d’altitude, d’accepter des autorisations ou même de déclarer des situations d’urgence etc…

 

 

3. Le Système ACARS, un outil pour les pilotes et la compagnie aérienne

Il existe aussi un troisième système de communication qui s’appelle l’ACARS. Ce système sert à l’équipage pour parler directement à la compagnie.

En temps réel, le pilote peut et, dans certains cas, doit recevoir et envoyer des informations à son employeur.

Il est très utile pour demander de l’information météo, des détails sur les vols de connexion et même de partager aux passagers le score du hockey!

L’ACARS fonctionne sur demande (comme des textos) et automatiquement. Il agit comme un appareil de surveillance des systèmes. Chaque minute, des données sont envoyées à la compagnie sur la vitesse de rotation des moteurs, l’état des freins, la quantité d’essence et autres, en plus de la position de l’avion.

Disons que nous sommes assez bien équipés en matière de communication!

Maintenant, je me demande toujours …

Comment a-t-on pu perdre la trace du vol MH370?

 

Vous avez aimé cet article? N’Hésitez pas à nous le faire savoir en commentant ci-bas! Sinon, il y a mes livres pour vous divertir! 

 

Partagez!
Anciennes chroniques >

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
Robert Lord
Invité
Robert Lord

Passionnant je me doutait bien mais je ne savais pas!

Elizabeth Landry
Elizabeth Landry

Oui moi aussi ça m’a beaucoup appris! Les pilotes en connaissent beaucoup:)