Chroniques

Image du site http://www.lhotessedelair.com
11 octobre 2016
Par Elizabeth Landry

Les 10 types de voyageurs les plus agaçants

Pour fuir le froid hivernal qui s’en vient, plusieurs d’entre vous s’envoleront vers les chaleurs du Sud. Dans l’avion, en route vers votre destination soleil, vous aurez comme voisin un bavard qui ne vous laissera pas dormir. Vous grincerez des dents pendant quatre heures. Et là, surprise ! Il se dirigera dans le même bus que vous, vers le même hôtel.

Oups! Vous êtes plutôt cet individu qui titille nos nerfs, mais vous ne le savez pas. Voici 10 types de voyageurs très agaçants en espérant que vous n’en faites pas partie…

Men with polluted mask1.     Le Pollueur

À la maison, vous n’oseriez jamais ! Sauf que vous vous trouvez dans un autre pays, sur une plage bondée de monde. Personne ne vous verra… Après avoir englouti des margaritas et quelques bières contenues dans des verres en plastique, vous les remplissez de sable pour qu’ils ne s’envolent pas mais lorsque vous quittez la plage, vous oubliez d’en disposer adéquatement dans la poubelle. Vous vous dites : «Je suis en vacances !» Bien sûr, mais la planète Terre ne l’est pas !

 

towel on a resort chair2.     Le voleur de chaise

En sortant de la discothèque de l’hôtel, pour vous assurer une bonne place au soleil le lendemain, vous déposez votre serviette de plage sur l’un des transats en bordure de mer. Si vous avez oublié de mettre en œuvre votre stratagème, vous vous levez tôt, bien avant le chant du coq et réservez le plus de chaises possible. Une serviette en bloque trois. Vous ne reviendrez pas avant midi. Brillant ou égoïste ?

 

Girl putting make up3.     La mannequin

Vous prenez des heures à vous préparer. Mieux vaut que vous vous leviez avant nous pour vous assurer d’être prête à temps. Le miroir est votre meilleur ami. Vos cheveux doivent être coiffés à la perfection même pour aller vous baigner. Vous ne quittez jamais la chambre sans avoir appliqué votre mascara, et ce, même pour une excursion en montagne. Pas question que les singes de la savane vous voient sans votre fond de teint. Qu’est-ce qui pourrait se passer ?

 

Party men in airplane4.     Le passager qui se croit déjà dans le Sud

Vous arrivez à moitié habillé dans l’avion. La chemise ouverte pour lui et la robe soleil pour elle. Les sandales aux pieds pour les deux. Vous, chère dame, chialez parce qu’il fait froid. Normal, vous êtes presque en bikini et la chaleur du Sud n’arrive que dans quatre heures. À mi-trajet, vous êtes saouls. Parlez fort. Dérangez. Vous vous croyez déjà dans votre tout inclus. Quant à nous, nous prions en silence pour que vous ne dormiez pas à notre hôtel.

 

Bad kids in airplane5.     Les mauvais parents

À la maison, vos enfants ne suivent aucune règle. En vacances, même chose. Ils crient haut et fort, courent autour de la table, tirent du sable dans le visage des autres vacanciers. Vous les sermonnez, sourire en coin, d’un simple « Ce n’est pas bien fiston ! ». Dans l’avion, vous vous assoupissez pendant que vos enfants parcourent l’allée ou font des grimaces aux passagers d’en arrière. Sans le savoir, vous réussissez à gâcher les vacances des autres. Sans vous, le concept des hôtels 18 ans et plus n’aurait pas sa raison d’être.

men texting on iphone6.     Le dépendant virtuel

Vous racontez votre journée dans les moindres détails sur les réseaux sociaux. « Je vais au marché. J’ai mangé une pomme. Belle rencontre avec Monsieur ou Madame X ». À vous lire, on se demande où vous prenez le temps de vivre ces expériences, car vous semblez actif à temps plein sur le Net. Vous avez besoin de votre communauté virtuelle pour vous sentir vivant. Le pauvre voyageur qui vous accompagne devient bon deuxième derrière vos nombreux amis Facebook. Un selfie avec ça ?

im-shy-at-first7.     L’envahisseur

Vous voyagez seul et avez besoin de socialiser avec tout le monde. Les proies sont multiples : le couple d’amoureux, votre voisin dans l’avion, sur la plage, à la boutique hors-taxe. Vous vous appropriez notre espace personnel et ne notez pas notre indifférence. Vous parlez sans arrêt, posez des questions sans rien récolter en retour. Que des « Ah » ou des « Hum ». Sans succès, nous essayons de vous démontrer notre désintéressement. Pour contrer votre attaque, toutes les excuses sont bonnes. « J’ai besoin d’aller aux toilettes. » « Mon mari m’attend. » Si nous sommes pris au piège, les écouteurs s’avèrent notre meilleur ami.

men lost in labyrith8.     Le perdu

Vous oubliez tout. Votre portefeuille, vos lunettes de soleil, votre sac à dos. Nous devons faire demi-tour pour récupérer ce que vous avez oublié et nous prenons du retard sur l’horaire. À la fin du voyage, nous sommes devenu votre mère : « As-tu ton passeport ? Ton appareil photo ? Ton cerveau ? »

Men watching at the watch9.     Le planificateur extrême

Réveil à sept heures. Petit-déjeuner à huit. Excursion à neuf. Diner à midi. Pendant la journée, une proposition alléchante vous est proposée ce qui changerait l’itinéraire. Ça semble intéressant sauf que ce n’était pas prévu à l’horaire alors pas question d’accepter. Bye bye la découverte d’une plage déserte. Votre manque de flexibilité est d’une lourdeur. Et votre présence aussi…

Men always complaining10. Le Chialeux

Rien n’est assez beau, assez propre ou assez bon. Chez vous, c’est toujours mieux. Le service à la clientèle du restaurant ne fait pas le poids comparé à celui dans votre quartier. Le matelas est trop dur. L’hôtel trop bruyant. De retour à la maison, vous chialez encore…

 *article ayant déjà été publié par MSN.ca

Partagez!
< Nouvelles chroniquesAnciennes chroniques >

Poster un Commentaire

avatar
pitschounne
Invité

Bonjour Elisabeth,
Quel plaisir de vous relire.
Je vous suis sur facebook, mais une petite chronique de temps en temps … j’adore !
A bientôt et bon vol !

Alain Léveillé
Invité
Alain Léveillé

Bonne chronique … quelques mauvais souvenirs en prime et j’ajouterais voyager en classe club pour avoir un peu plus de quiétude et constater qu’une jeune famille s’y installe aussi avec bébé de quelques mois , heureusement plus de peur que de mal ! Et que dire des fameux ´ Roger & Ginette ´ sur la plage toujours très bruyant et que beaucoup trop Québécois la plage leurs appartiennent ,ouf

Micheline Jalbert
Invité
Micheline Jalbert

Merci et je vous souhaite de bons voyages.

wpDiscuz