Chroniques

6 mars 2014
Par Elizabeth Landry

Le Karma des délais

Expect delays signJe reviens d’un long courrier. Une semaine que je qualifierais d’interminable. Pas parce que les passagers étaient trop exigeants ni parce que l’équipage m’était antipathique, mais bien parce que ces derniers jours furent seulement, comme je l’ai dit: INTERMINABLES!

Délai #1 –  YUL-PTY-YYZ

Tout a commencé à Montréal. L’itinéraire prévu nous faisait voler jusqu’au Panama pendant 5h56. Ensuite, une heure au sol et c’était reparti vers Toronto pendant 5h15. Bref, nous étions prévus pour effectuer deux allers vers Paris dans la même journée. Du gros plaisir de fatigue mais pour cela il fallait partir…

Les passagers une fois assis à leurs sièges, nous étions prêts à fermer la porte et décoller au plus vite. Malheureusement, il nous était impossible de le faire. Un problème mécanique? Une tempête de neige aveuglante? Non, pas de nourriture à bord… Apparemment, le fournisseur de chariots était occupé ailleurs. Tellement busy busy qu’il a pris 1h30 à venir!

tic tac watchSouvent, un délai en engendre un autre. Et nous voilà ainsi devant un autre problème: notre date d’expiration est arrivée à échéance. Car, il ne faut pas l’oublier, un équipage est constitué d’êtres humains, ces petites bêtes sensibles qui doivent à l’occasion dormir, manger et respirer. Pour cela, un temps limite en devoir a été établi. Si nous le dépassons et le savons avant de partir, nous devons être remplacés.

C’est ainsi que les spéculations commencèrent.

«Ils nous renvoient chez nous!» dit l’un.

«On va dormir au Panama!», dit l’autre en revenant de l’avant de l’appareil.

«Impossible! J’y croirai juste quand je serai rendue à l’hôtel», dis-je incrédule.

«Ils n’ont pas le choix. C’est ça ou ils mettent un autre trois heures de délai pour changer d’équipage», précise-t-il.

«On vient de me dire qu’il nous envoie directement à Toronto et on continue le reste de notre courrier», ajoute un autre.

dollar-sign-with-musclesLe jeu du téléphone arabe prend tout son sens dans un avion. Finalement, après un traité de «paie» conclu, nous nous envolâmes comme prévu, fîmes nos deux vols INTERMINABLES et arrivâmes à notre hôtel à Toronto après un peu plus de quinze heures au boulot.

Délai # 2 – YYZ – CUN – YQB

Lors du deuxième vol, après un repos de 24 h à Toronto, nous effectuions un vol vers le Mexique. Une fois atterris, nous sommes demeurés une heure au sol, sur la piste, à attendre que l’appareil qui occupait notre barrière puisse être redirigé ailleurs car il était bloqué au sol pour cause de bris mécanique. Lorsque nos nouveaux passagers ont embarqué finalement à bord, ils nous ont demandé:

«Il y avait une tempête au Canada? C’est pour ça que vous êtes arrivés en retard?»

Et non, même pas!

Délai # 3 –  YQB-VRA-YQB

«Dring! Dring!», retentit le téléphone dans la chambre.

«Oui, allô?», répondis-je, les cheveux humides, tout droit sortie de la douche.

« Bonjour, ici Crew Sked. Il a un délai de 45 minutes sur ton vol.»

«Ok! », confirmai-je sans surprise.

Check_20110126085216Délai # 4 – YQB – PUJ – YQB

« Bienvenue à bord de ce vol vers Québec. Nous vous demandons de ranger vos bouteilles d’alcool sous les sièges et non dans les compartiments au-dessus de votre siège..

La porte se fermera sous peu. Le vol d’aller s’est bien passé. Pas de délai. Les passagers sont sortis se faire dorer la couenne en République. J’ai pris du soleil sur l’herbe près de la piste. Soudain, Monsieur Pedro arrive. Les autorités aéroportuaires à Punta Cana soupçonnent un bagage suspect… Ils doivent retrouver la valise qui est devenue suspecte soudainement après l’avoir monté à bord. Rien ne fait de sens mais on doit suivre les instructions et s’y conformer.

Monsieur Pedro nous informe qu’on fouille dans le cargo. On cherche le bagage. Et puis, on ne le trouve pas. Ils décident alors de sortir tous les bagages du cargo et de les repasser sous les rayons X.

« Quoi? Ça va prendre combien de temps ça?», demande le commandant.

« One hour. Maybe two…», précise l’homme, sans la moindre émotion.

« Par intuition, j’opte pour la deuxième option…», m’exclamai-je, convaincue d’avoir le temps de feuilleter toutes les pages du magazine que j’ai récupéré sur le vol d’allée.

Résultat: Délai de deux heures pour un bagage qui était finalement sans danger. Disons seulement qu’on a évité de dire à tout le monde le nom du propriétaire de la valise retardatrice.

fly_8506057525_l

Délai # 5  – YQB- CUN – YUL

Désormais, plus rien ne m’étonne. Avec une belle avance de trente minutes sur notre horaire prévu, nous atterrîmes au bercail, après huit jours. Aie-je pu profiter de ce temps d’avance? Je vous laisse deviner! Un indice: il y avait un appareil à notre barrière…

Ah! J’oubliais! J’ai rapporté avec moi un ami: une belle grande grippe/laryngite :) À revivre!

Ce n'est pas moi, ne vous inquiétez pas :)

Ce n’est pas moi, ne vous inquiétez pas :)

Partagez!
< Nouvelles chroniquesAnciennes chroniques >

Laisser un commentaire

avatar

Émilie
Invité
Émilie
3 années 3 mois plus tôt

Bonjour je viens de découvrir votre blog et j’en suis ravie ! Malheureusement, ma peur de prendre l’avion est bien présenté. Je dois le prendre des vendredi pour un paris madrid / madrid cancun et jen suis malade !!!! Passer au-dessus de l’océan durant 11h est très pénible pour moi. Avez vous des conseils pour dédramatiser ??? Je vous remercie. Je ne veux pas fâcher le voyage de mon mari et mes 2 filles de 3 et 5 ans !

Josée
Invité
Josée
2 années 10 mois plus tôt

Bonjour Elizabeth!

Moi aussi je déteste prendre l’avion. J’ai même pris le séminaire avec Robert Piché mais dès que je mets les pieds dans l’appareil, je pourrais partir en courant :-) J’adore atterir, décoller, mais je me sens quand même prise à 39 000 pieds d’altitude. On s’est fait tellement brasser lors de notre retour cet été qu’on a décidé d’aller en Floride en auto l’année prochaine. On a même acheté LE véhicule pour être confortable pour faire 25 heures de route….lolll…

J’avais mentionné à Robert Piché que si je savais que c’était lui qui pilotait, je n’aurais aucune crainte mais je ne prends pas Air Transat, donc peu probable que cela arrive.

Bon, j’avais une question.

Je pensais que les liquides étaient interdits dans la cabine (tu as demandé aux gens de mettre les bouteilles sous leur siège et dans le tome 2, tu demandes à M. Oeil-de-poisson….loll… s’il buvait son propre alcool?

Merci et continue de nous faire rire!

Josée
Invité
Josée
2 années 10 mois plus tôt

Bououououou, je veux voyager avec toi et Robert Piché….lollll

J’avoue qu’en lisant tes livres, ça m’aide à comprendre certaines choses pendant le vol mais j’ai la tête dure là-dessus.

Bon, hâte à ce soir pour continuer la suite du Tome 2. Je me suis couchée hier soir sur la sonnette du cow-boy :-)

wpDiscuz