Destination voyage

hotesse_air_destination_voyage2

Image du site http://www.lhotessedelair.com
6 octobre 2013
Par Elizabeth Landry

Qui dit Octobre dit Vendanges!

On profite d’un vin qu’après qu’il ait été concocté par son vigneron dans son coin de pays. Pour monsieur Tout-le-Monde, il ne verra rien qu’en aux étapes de sa fabrication. Il n’aura pas planté ces délicates vignes, ni examiné ces milliers de grappes qui mûrissent tranquillement. L’effort, ce ne sera pas lui qui l’aura fourni. Sa tâche se résume plutôt à déboucher la bouteille et à savourer ce délicieux liquide dans toute sa splendeur.

Nous savons bien que le vin est élaboré à partir des raisins, mais avons-nous vraiment envie de nous agenouiller pour le ramasser?

Bien OUI !

Et il semblerait qu’il soit difficile de trouver un espace disponible dans un vignoble français pour vivre cette expérience.

Céline Blet du vignoble Terres Blanches à Oiron en France m’a expliqué qu’elle a déjà tous ses cueilleurs pour les vendanges qui viennent de commencer. En fait, pour les prochaines semaines, elle et son mari, Benoit Blet feront vivre à leurs amis et invités la même expérience sur leur 8.5 hectares de vignes cultivées en agriculture biologique et biodynamique.

En matinée, ils cueilleront les raisins pour ensuite boire du vin et profiter d’une bonne table en guise de remerciements pour la main d’œuvre. Je me sens donc choyée d’avoir remplacé quelqu’un qui ne pouvait plus participer. J’ai bien sûr sauté sur l’occasion et j’ai adoré !

         

      

Bon, je ne me serais peut-être pas offerte pendant une semaine, mais je comprends le dur labeur derrière le produit. J’ai été aussi heureuse de constater qu’ici, au Domaine des Terres-Blanches on gardait encore l’esprit des vendanges: celle de rassembler. Il faut dire que c’est grâce à une histoire d’amour que ce vignoble existe et on le ressent. Merci  à Céline et Benoit Blet pour leur fabuleux accueil !

      

  

Domaines des Terres-Blanches

Vins issus de culture biologique et biodynamique depuis 2010

Non disponible au Canada

www.terres-blanches.fr

Poursuivre la lecture
Partagez!
Image du site http://www.lhotessedelair.com
30 septembre 2013
Par Elizabeth Landry

L'épave d'un B-17 en Corse pour remonter le temps

Il y a plusieurs années, je suis passée par Calvi en Corse. J’avais plongé sur une épave historique de la deuxième guerre mondiale. Un B-17 pour être exact. Un avion américain qui, en 1944, a été attaqué par les Allemands et a amerri tout près de la citadelle, avec deux moteurs en feu et trois hommes d’équipage tués à son bord.

Avec le temps, j’avais oublié combien c’était impressionnant d’observer sous l’eau les témoignages de la guerre. Alors, j’y suis retournée pour le revivre. Comme je le pensais, j’ai été transporté à nouveau dans le temps. En 1944. Quand le sous-lieutenant Chaplick a plongé son appareil dans la mer. Il gît maintenant à seulement 28 mètres de profondeur (90 pieds), encore en bon état. On peut encore y voir les commandes du poste de pilotage mais le toit de l’avion a été arraché par une ancre. La queue se cache quelque part au fond de l’océan, balayée par les courants marins. Quelques animaux ont trouvés logis dans l’épave dont murènes et rascasses.

 

Pour tenter l’expérience

Plongeur Niveau 2 (Advanced) seulement

Centre de plongée Castille

www. plongeecastille.com / Port de plaisance / 04 95 65 14 05 / Départ à 11h au coût de 47 euros.

Poursuivre la lecture
Partagez!
Image du site http://www.lhotessedelair.com

Clichés improvisés à Lisbonne

Je suis partie pour 6 jours. Itinéraire: Lisbonne- Toronto – Amsterdam et Bruxelles. Le plus beau dans tout ça c’est que parmi l’équipage se trouve trois de mes meilleures amies! Un camp de vacances:)

Pour le moment, j’ai adoré mon 24 h à Lisbonne, une ville qui me colle à la peau. Pendant le mois de juin, la fête de Santo Antonio de Lisboa anime la ville. N’ayant pas prévu festoyer dans l’Alfama, nous sommes tombées par hasard sur les festivités. Dans les rues: de la musique typique, de la bière à 1 euro, des sardines entières en guise de tapas, une odeur de grillades qui flotte dans l’air. Mes amies et moi n’avons pu s’empêcher de se joindre à l’évènement de quoi joindre l’utile à l’agréable.

Voici en images quelques photos de notre escapade improvisé pour le peu de temps qui nous était permis d’avoir.

 

   

   

Poursuivre la lecture
Partagez!
Image du site http://www.lhotessedelair.com
5 juin 2013
Par Elizabeth Landry

La Dolce Vita - Partie 2 - Pas de photo à la Chapelle Sixtine

Je vous ai laissé à Positano sur la côte amalfitaine, là où chaque tournant vous donne la chair de poule. Vous vous souvenez?

Moi qui avais déjà vécu une bonne dose de stress n’avais rien vu, car en réalité le pire était à venir. Prochain arrêt: un vignoble d’exception à Furore.

Vignoble de Marisa Cuomo

Quelque part perché en flanc de montagne, tout haut dans les airs, se trouve le vignoble de Marisa Cuomo. Pour s’y rendre, il faut prendre une profonde respiration et s’armer de courage car la route serpente et monte abruptement. Une fois arrivé, la vue impressionnante vous fera oublier le reste.

Ce vignoble fut offert par Andrea Ferraioli à sa femme Marisa Cuomo dans les années 80. Un cadeau qui aujourd’hui produit des vins de grande renommée, dont un blanc qui a été élu plusieurs fois “Meilleur vin blanc d’Italie”. La particularité de ces vignes: elles sont plantées à même les murs de pierre et puisent donc leurs nutriments dans la roche calcaire. Vieilles d’un siècle, certaines d’entre elles poussent horizontalement et doivent être soutenues par une pergola battue par le vent de la mer. Malheureusement, ces vins ne sont pas exportés au Québec, ni même au Canada… il faut donc venir ici pour les déguster.   (12 euros pour la bouteille la moins chère et d’ailleurs excellente, j’en veux encore!)

MARISA CUOMO
Cantine Gran Furor Divina Costiera di Marisa Cuomo

Via G.B. Lama, 14
84010 Furore (SA)
Tel. :+39 089 830348
Site Internet : http://www.granfuror.it

Ravello

Pour aller à Ravello depuis Furore, il faut passer par la ville d’Amalfi. Je n’y conseille pas un long arrêt à moins que vous désiriez voir la Cathédrale d’Amalfi qui vaut le détour. Une demi-journée suffira. Vous pourriez ensuite dormir à Ravello par la suite et éviter de refaire la même route sinueuse dans la même journée.

Ravello est également perché dans les montagnes et est situé à quelques kilomètres de la mer. Les jardins de la Villa Rufolo offrent une vue imprenable sur la Costiera Amalfitana. On peut facilement se transporter au temps des princesses du 13e siècle qui se laissaient charmer par leur beau chevalier. La villa accueille également le Festival Musical de Ravello de mai à septembre.

    

À éviter:

N’y ayant fait qu’une visite éclair, je n’ai donc pu explorer suffisamment la ville. Par contre, j’ai malheureusement une seule adresse à vous déconseiller. Une suggestion qui se retrouve dans le Lonely Planet et également sur le site de Travel & Leisure. Un attrape-touristes que ne vaut assurément pas le détour: Cumpà Cosimo.

Roma

Retour à Rome maintenant, l’une de mes villes préférées car il y a tant à voir, à déguster, à déambuler, à magasiner.  C’est presque hautain à dire, mais je ne compte plus mes visites à la Basilique Saint-Pierre. Et à chaque fois, je suis autant impressionnée par sa beauté magistrale que choquée par la puissance de ce qu’elle représente. Néanmoins, c’est à voir au moins une fois dans sa vie.

Pour changer, je suis montée tout en haut dans la coupole. Si vous êtes claustrophobe, je vous conseille de ne pas vous y aventurer car le passage se rétrécit de plus en plus jusqu’à même s’incliner.

Premier arrêt, l’intérieur de la Cathédrale. C’est là que vous réalisez que toutes ces images que vous croyiez être des peintures vues d’en bas sont en réalité des mosaïques! Une véritable oeuvre d’art en tous points.

  

Deuxième arrêt, le sommet du dôme depuis l’extérieur. Vous avez maintenant une vue imprenable sur la ville de Rome à 360 degrés. Magnifique! (Prix: 7 euros)

    

Vatican

Bien entendu, il ne faut surtout pas manquer la visite du Vatican. Arrivez tôt si vous ne voulez pas passer la journée à cuire au soleil. Les gens en général font la visite du Vatican avant et ensuite la Basilique. Pour ma part, je déteste attendre en file indienne alors nous avons préféré faire un matin le Vatican et l’autre la Basilique. C’est une option.

Plusieurs entrent au Vatican et se dirigent illico vers la Chapelle Sixtine par le raccourci. À mon avis, la Chapelle Sixtine est très belle mais il faut absolument emprunter le chemin “raccourci” en passant par les appartements de Raphaël via les Tapisseries et les Cartes Géographiques. Là, on est bombardé par des chefs-d’oeuvres artistiques inimaginables. On assiste presque à une compétition artistique entre papes, qui à leur tour ordonnaient de décorer telle ou telle pièce, chacune aussi belle l’une que l’autre. Je dirais même que j’ai préféré le parcours avant d’entrer dans la Chapelle Sixtine, car une fois arrivé à destination, il y a tant de monde qu’on arrive à peine à se concentrer pour admirer les fresques de Michel-Ange. (Entrée: 16 euros sans guide)

   

Mangare

Pour terminer, je vous conseille deux bonnes adresses resto. Une dans le centre-ville de Rome près de Via del Corso et l’autre à l’extérieur du centre.

Gusto est un restaurant/pizzeria/wine bar/formaggeria. L’ambiance est très branchée et les 5 à 7 y sont prisés. Un endroit parfait pour les équipages.

GUSTO / Piazza Augusto Imperatore  9 /  Roma, Italie / +39 06 322 6273

Eataly est une expérience culinaire sans pareil. Ici, on retrouve tout sur la gastronomie italienne. Une section est réservée à l’huile d’olive, au mozzarella, à la pizza, aux poissons,  aux sauces tomates, aux pâtes. On y vient pour manger, pour faire les courses, pour prendre un verre. Il y en a pour tous les goûts!

Pour plus d’infos, voir le blogue gourmand Un déjeuner de soleil.

EATALY/ Air Terminal Ostiense

Piazzale XII Ottobre 1492
Tel. +39 06 90279201

Ouvert de 10 à minuit.

En préparation pour le décollage, Bye Bye ITALIA!

Poursuivre la lecture
Partagez!