Destination voyage

hotesse_air_destination_voyage2

Image du site http://www.lhotessedelair.com
11 août 2010
Par Elizabeth Landry

San Sebastian

Du 17 au 25 septembre 2010 se tiendra le Festival International de Film de San Sebastián en Espagne. Je vous présente donc cette superbe ville où j’ai eu la chance d’y vivre pendant environ un an.  Bonne lecture!

La perle basque de l’Espagne


Les Espagnols la connaissent depuis toujours. Les Français sont déjà sous le charme et les autres ne savent pas ce qu’ils manquent. La ville de San Sebastián alias Donostia semble timide à se faire connaître. Pourtant, lorsqu’on y arrive, c’est tout le contraire. Découverte d’une perle rare.

Considérée comme la plus élégante station balnéaire d’Espagne, San Sebastián hypnotise quiconque qui y passe. Située dans la province nord du Guipuscoa sur la côte atlantique, elle se distingue non seulement par ses plages magnifiques et son relief impressionnant à la forme d’une coquille St-Jacques mais également par un art culinaire de grande renommée, une vie nocturne inégalée, des boutiques à la fashionistas et de nombreux festivals tout aussi attrayants les uns que les autres.

Viva la playa

Paisible au lever du jour et animée à la tombée de la nuit, Donostia fût pendant longtemps le lieu de villégiature par excellence des politiciens et familles royales d’Espagne. Le dictateur Franco vint s’y tremper les pieds pendant plus trente ans et la reine Maria Cristina s’installa tous les étés dans son Palacio de Miramar (qui regarde la mer ).

En effet, ce magnifique palais ne porte pas ce nom sans raison car il surplombe la huppée Bahia de la Concha, une baie bordée par deux magnifiques plages et ayant en son centre une petite île verdoyante ; l’île de Santa Clara.

Pour se détendre, deux plages : la petite Ondarreta à l’ouest et celle de la Concha, soit disant l’une des plus célèbre plage urbaine d’Espagne avec ses 1350 mètres de longueur. De plus, comme si ce n’était suffisant, la sportive plage Zurriola à l’est de la ville accueillent les surfeurs bronzés et leurs admiratrices.

 

Les plus téméraires peuvent ainsi s’offrir des cours de surf ou louer une planche et s’amuser dans l’eau. Gare par contre aux locaux qui n’hésiteront pas à s’agiter si vous volez l’une de leur vague. Côté plage, il y en a vraiment pour tous les goûts, c’est le moins qu’on puisse dire.

Cette chère Donostia plaît par son relief et ses plages mais encore. Chaque année des étudiants du monde entier y viennent apprendre l’espagnol mais curieusement c’est l’euskara, la langue basque qui est majoritairement utilisée. Tout comme le Québec et sa séparation du Canada,  les basques aspirent également à l’indépendance. D’ailleurs, ici, les saveurs espagnoles s’estompent tranquillement pour faire place à des saveurs bien basques qui ne manquent pas de séduire.

À table

Les nombreuses rues piétonnales de la Parte Vieja offrent une sélection à couper le souffle de bars à pintxos (tapas). C’est donc sans hésitation qu’on accepte la croyance populaire stipulant que de tout l’Espagne, c’est dans cette minuscule ville d’à peine 171 000 habitants que l’on retrouve le plus de bars par mètre carré.

De la rue 31 de Agosto jusqu’à celle de Fermin Calbetón, en passant par la Place de la Constitution, on arrive mal à choisir un seul endroit pour déguster ces succulants hors-d’œuvres tout aussi imaginatifs les uns que les autres. La solution est simple : faire la « tournée des pintxos » avant d’aller faire la fête. Ainsi, on passe d’un comptoir à l’autre en goûtant les tapas les plus invitant, le tout agrémenté d’un bon verre de vin ou d’un txakoli (vin blanc pétillant fait uniquement au pays basque).  De cette façon, l’on peut déguster les spécialités de la maison et rendre visite à nos coups de cœur à la prochaine escapade.

La Fiesta

Il est déjà minuit et c’est la fête qui commence. Tout comme le reste de l’Espagne, San Sebastián vie la nuit. Après les bars à pinxtos, le vin et la bière qui coulent à flot, on peut terminer la soirée à une heure raisonnable comme à la maison, c’est à dire trois heures du matin.

Par contre, quiconque en voulant davantage n’a qu’à marcher de la parte vieja sur la promenade pavée de la Concha vers l’un des plus beaux clubs de la ville, le Bataplán. Cette fabuleuse disco ouverte jusqu’au lever du jour est un must et charme immédiatement par son décor tout en blanc et sa terrase extérieure vu sur la mer. En été, plusieurs auront peut-être la chance de danser sur la musique de Benny Benassi, de Bob Sinclair ou d’autres DJ de renommée internationale qui viennent s’y produire chaque année.

Les basques savent très bien faire la fête et on se demande rapidement où ils puissent leur énergie le jour venu. C’est en marchant dans la ville en après-midi que la réponse sautent rapidement aux yeux. Ils font la sieste ! Tout est pratiquement fermé entre 14h et 17h et ne pensez pas que la vendeuse d’une boutique patientera plus d’une minute avant de fermer la porte. Elle vous dira sans gêne de revenir plus tard et cela même si vous vous apprêtiez à acheter des milliers de vêtements. La siesta en premier, un point c’est tout !

Le lèche-vitrine

Après la plage, la fête et quelques pintxos, voici enfin le temps de se faire plaisir. Les traditionnelles chaînes commerciales comme H&M, Zara ou Breshka nous charment toujours même de l’autre côté de l’océan. Par contre, c’est en parcourant la ville qu’on déniche de vraies petites merveilles et même les boutiques les plus banales charment lorsque l’on y entre. On retrouve entre autres deux jolies tiendas basques comme Kukuxumusu ou Callate la Boca. Ces deux dernières boutiques ont d’ailleurs réussi à se tailler une place sur le marché international grâce à leurs dessins colorés aux saveurs naïves imprimés sur T-shirts, porte-clés ou cartes postales.

Outre les tenues à prix modestes, il ne faut surtout pas oublier les quelques quatre-vingts zapaterias (boutiques de chaussures) que compte San Sebastián. On se doit d’en faire quelques-unes car chacune d’entre elles offre une sélection très tendance d’escapins, de sandales ou de talons hauts. Pour satisfaire les plus fortunés, de nombreux designers ont également ouvert une succursale afin d’attirer les vedettes internationales qui y viennent chaque année notamment durant le Festival International de Film en Septembre. Côté « shopping », du simple bourgeois à l’aristocrate richissime, chacun y trouvera son compte.

Les Festivals

La ville de San Sebastián est vivante, étincelante et attrayante au naturel. En bonus, elle nous offre une panoplie de fêtes tout au long de l’année pour charmer davantage.

Pour en nommer que quelques unes, en janvier, la ville fête son patron Saint Sébastien et les habitants parcourent alors la ville en jouant du tambour  jusqu’aux petites heures du matin. En février, c’est le Carnaval. En juillet, c’est le Festival de Jazz. En septembre, le célèbre Festival International de Film où l’on peut croiser Woody Allen ou Antonio Banderas sur le tapis rouge. Il y a également la Regatta qui célèbre la culture basque à travers une variété d’évènements comme une course de bateaux dans la baie de la Concha.

En décembre, c’est la fête de Saint Thomas et  les agriculteurs de la région présentent leurs produits dans les rues de la vieille ville. J’oublie de mentionner les nombreuses Compétition de surf, la fête du Cidre et d’autres petites fêtes tout au long de l’année qui sauront divertir tous les passants.

Sans ancun doute, vous irez à San Sebastián pour marcher ses plages ou nager sa mer. Par contre, vous en repartirez épanouis comme jamais après avoir goûté à cette culture basque qui ne fait que crier du haut des toits « Profitons de la vie ! »

INFORMATIONS

Du Canada – Vol direct d’Air Transat Montréal-Bordeaux. Vous prenez ensuite un train jusqu’à Hendaye/Irun. C’est environ 2h30. Ensuite, vous prenez le EUSKO TREN pendant environ 30 minutes vers Donostia (San Sebastian). TEMPS TOTAL: 3 h!

De Madrid ou Barcelone. 6h de train ou de bus.

Sinon de Paris c’est 6 h environ. C’est bien aussi.

voir carte

www.sansebastianspain.info

www.sansebastianturismo.com

www.pukassurf.com

Poursuivre la lecture
Partagez!
Image du site http://www.lhotessedelair.com
28 juillet 2010
Par Elizabeth Landry

Café des Arts à Marseille

FOUR À BOIS ET SOUPE DE POISSONS

Le hasard fait bien les choses. Durant mes quelques heures à Marseille, je voulais essayer cette soupe de poissons typique appelée bouillabaisse. Pourtant, après avoir tenté une réservation dans plusieurs restaurants de la ville, mes efforts ont été en vain. Aucune place disponible. «Je ne peux pas croire qu’il n’y ait pas d’autres endroits qui servent de la bouillabaisse?», dis-je au maître d’hôtel. «Bien sûr madame mais vous aurez droit aux attrapes à touristes, est-ce votre désir?».

J’ai donc décidé de reporter cette dégustation à ma prochaine visite. Par contre, mes collègues et moi avons tout de même décidé d’aller jeter un coup d’oeil au menu de Chez Fonfon, l’un de ses établissements renommés pour servir ce fameux plat. Après notre exploration, notre regard s’est arrêté sur une discrète inscription «RESTAURANT» de la rue du Vallon des Auffes. Un peu sceptiques, nous nous sommes avancées.

Mis à part les deux petites tables à l’extérieur, ce restaurant ne nous attirait guère. Un peu indécises et prêtes à partir, le propriétaire Georges Jacomino sortit à l’extérieur. « Il y a t-il une terrasse disponible? » lui dis-je en présumant un «non» évident. Il nous fit plutôt signe de le suivre à l’intérieur. Perplexes, nous l’avons tout de même suivi. Nous en ressortirons que trois heures plus tard:) Ne vous fiez donc pas toujours aux apparences!

Le Café des Arts n’a l’air de rien: deux tables à l’extérieur, un insigne un peu brisé et aucune vue sur la mer.

À l’intérieur par contre:  une aire ouverte et deux jolis oliviers, un boudoir au deuxième, un décor provençal, un feu de bois qui s’allume dès l’arrivée des premiers clients, des entrecôtes argentines, une soupe de poissons de Chez Fonfon et en bonus des serveurs à l’accent marseillais prononcé.

Nous sommes les premières clientes mais pas question de chercher plus loin. Le propriétaire semble sympathique, le menu aussi, c’est donc vendu!

La spécialité? La viande d’Argentine cuite sur un feu de bois que Georges, le propriétaire s’apprête à allumer sous peu. Quoi choisir? L’entrecôte ou l’intrigante soupe aux poissons de Chez Fonfon inscrite au menu? «Pourquoi pas les deux?», me suggère-t-il. Je partage donc la soupe avec une amie et je me réserve la viande pour le repas. Mes deux autres collègues choisiront pour leur part la lotte safranée. Vraiment, nous avons tout adoré; du service, à la nourriture jusqu’au prix. Une belle soirée!

Mais vous savez ce que j’ai aimé par-dessus tout? C’est ce vent familial qui flottait dans l’air du début à la fin. Un gratin dauphinois cuisait sur le feu de bois. Nos entrecôtes aussi. Georges saluait chaleureusement ses clients à l’arrivée et préparait les assiettes sur son comptoir à la vue de tous, comme à la maison. De plus, sa «maison» était remplie de Marseillais. On aime ça!

Café des Arts

122 rue du Vallon des Auffes/Marseille/France/ + 33 04 91 31 51 64/ www.lecafedesarts.net/ Menu à 28 euros et à 45 euros/ Réservation possible/ Carte de crédit acceptée/ Ouvert les jours de 12h à 14h et à partir de 19h30/ Fermé le mercredi/Juillet et Août ouvert seulement le soir/voir carte


Poursuivre la lecture
Partagez!
Image du site http://www.lhotessedelair.com
9 juillet 2010
Par Elizabeth Landry

La Fried Dough à Old Orchard Beach

Nous avons probablement tous un lointain souvenir d’avoir visité le Maine avec nos parents lorsque nous étions jeunes. C’était peut-être à Ogunquit mais pour plusieurs d’entre nous, c’était à Old Orchard que nous venions passer nos vacances d’été. Sachant que j’allais y séjourner quelques jours, j’avais déjà des frissons.

J’imaginais des restaurants de pizzas bien grasses, des arcades et des montagnes russes. J’imaginais voir des boutiques de T-shirts quétaines ayant comme inscription «OLD ORCHARD BEACH» et sentir une odeur de friture dans l’air. Et bien, c’est exactement tout ça. Aucune surprise de ce côté là.

Malgré tout cela, je dois mentionner que la plage de Old Orchard est l’une des plus belles plages du Maine. Elle s’étend sur 7 miles de long et est donc vraiment appréciée des vacanciers. En fait, si vous dormez dans un hôtel loin de la ville et donnant sur la mer, vous serez très satisfait. Vous aurez ainsi accès à une belle plage, beaucoup d’espaces et vous n’aurez pas à écouter les conversations de vos voisins. Honnêtement, c’est pas mal du tout.

Gastronomie maintenant: nada! Il faut définitivement sortir pour trouver des restaurants moins «gras». Mais tant qu’à y être, j’ai décidé de mettre à profit mon séjour dans ce coin de pays et j’ai donc testé une «spécialité gastronomique» de OLD ORCHARD BEACH: la FRIED DOUGH.

Au Québec, cette pure délicatesse s’appelle «queue de castor». La recette est assez simple: de la «bonne» pâte sucrée frite dans de l’huile bien grasse. Par la suite, est saupoudré sur sa texture croustillante, du sucre en poudre et de la cannelle. On peut aussi ajouter une touche de gras supplémentaire comme du beurre ou de la garniture plus savoureuse comme de la sauce à pizza ou de la marmelade aux bleuets. Ouf! C’est bon mais vraiment trop lourd pour l’estomac.

Vous vous demandez sûrement quelles sont les meilleures FRIED DOUGH offertes à Old Orchard Beach?

Pour vous satisfaire, voici mon TOP 3 FRIED DOUGH!

POSITION #1

La Fried Dough de «THE PIER ORIGINAL FRIED DOUGH»

Adresse: Sur le fameux quai en bois appelé (Pier) qui existe depuis 1898.

Prix: 3 $US

Variétés offertes: Une seule: la traditionnelle avec beurre, sucre en poudre et cannelle.

Description sommaire: Consistante, centre croustillant, très grasse mais tant qu’à manger une Fried Dough…, beaucoup de sucre en poudre et de cannelle, un goût de beigne plus savoureux et moelleux.

Autres avantages: Tables à disposition, le décor rappelle celui d’une fête foraine des années 50, la Fried Dough est frite devant nos yeux.

Position #2 (Meilleur achat QUALITÉ/PRIX)

La Fried Dough de «PIER FRENCH FRIES»

 

Adresse: 12-14 Old Orchard Street. En biais avec l’arcade.

Prix: 2.50$US

Variétés offertes: Vous choisissez votre garniture comme vous le désirez, voici la liste:

Description sommaire: Gonflée, croustillante, équilibrée en gras

Autres avantages: Vous pourrez par la même occasion déguster leurs réputées frites vaguées servies avec du vinaigre. Personnel accueillant. Bol à frire à la vue de tous.

Position # 3

La Fried Dough de «ROCCO’S PIZZA»


Adresse: 4 West Grand Ave. En face de Pier French Fries

Prix: 3.50$US

Variétés offertes: Fried Dough au beurre, sucre en poudre et cannelle. Pour le même prix, ajoutez une garniture de sauce à pizza.

Description sommaire: Ronde et très croustillante. Aplatie sur le dessus. Plus de cannelle que les autres. Goûte plus l’huile.

Désavantages: Plus chère que les autres. Elle n’est pas frite devant nous.

AVERTISSEMENT: 1 FRIED DOUGH PAR PERSONNE PEUT CAUSER UNE CRISE DE FOIE TEMPORAIRE.

POSOLOGIE RECOMMANDÉE: 1/2 FRIED DOUGH PAR PERSONNE.

Poursuivre la lecture
Partagez!
Image du site http://www.lhotessedelair.com
27 juin 2010
Par Elizabeth Landry

Pizzeria Al Leoncino à Rome- Une affaire de Famille

Manger est une activité. Pour moi, une journée parfaite se termine toujours par un bon repas accompagné d’un verre de vin rouge. Même après une nuit blanche à voler dans le ciel, j’évite de manger dans la chambre de mon hôtel. S’il me reste un minimum d’énergie, je m’efforce d’aller déguster un petit quelque chose pour me satisfaire. Pourquoi serais-je une hôtesse de l’air sinon?

Ce dernier vol, je suis retournée à Rome. Quel plaisir! J’avais un restaurant à visiter. Une pizzeria tout près du centre historique appelée Pizzeria Al Leoncino. Je voulais y manger car selon les Romains, l’on y sert l’une des meilleures pizzas de Roma. Cette affirmation était déjà suffisante pour m’y déplacer et m’y asseoir. Mais encore? Et bien maintenant, j’y retournerai:)

Outre une pizza deliziosa cuite au four à bois, la Pizzeria Al Leoncino séduit par son air de «petit casse-croûte mais je n’en suis pas un», son menu de quelques lignes, ses serveurs qui ne parlent que l’italien et ses prix très raisonnables. C’est d’ailleurs l’un des seuls établissements aussi abordable dans ce secteur. Il se trouve tout de même dernière la boutique Fendi…

Après m’être installée à la seule table disponible sur leur petite terrasse située dans la ruelle adjacente à la Via del Leoncino (qui vous l’aurez deviné donna son nom au restaurant), Antonio m’apporte le menu. J’ai le choix entre 21 différentes pizzas (entre 5 et 9.50 euros). Je choisi la calzone al forno (pizza refermée sur elle-même en demi-lune). Et là, j’hésite. J’ai le goût d’une vraie pizza. Je change donc mon choix. Antonio me fait des «si, si», et voilà, je mangerai finalement la pizza bresaola rughetta e parmigiano.

Je dirai qu’elle était juste à point! La croûte juste assez brûlée. Les coins un peu noircis. Le fromage mozzarella bien fondu. Les copeaux de parmesan étendus généreusement. Un morceau de proscuitto pour chaque bouchée. Bref, tout était parfait. La facture aussi d’ailleurs: 13.50 euros incluant le vin.

En mangeant, j’observe mon environnement. Les tables se libèrent mais sont aussitôt occupées à nouveau. Les gens attendent. Ils veulent manger ici, pas à côté. Et moi qui prend une table de 4 juste pour moi! Je suis un peu mal à l’aise. Par contre, personne ne me le fait sentir. La propriétaire Sandra vient même se joindre à moi. Je lui pose quelques questions dans un espagnol/italien difficile à comprendre.

Elle m’explique que la pizzeria existe depuis 1926. À la suite de la mort de son grand-père, l’entreprise fut léguée à son père. Après la mort de ce dernier, il lui légua à son tour. Elle ajoute que les gens qui travaillent pour elle y travaillent depuis bien des années comme Antonio, fidèle depuis 35 ans.

Avant de quitter, je lui demande laquelle des pizzas est sa préférée. Elle me répond qu’un vrai italien préfère la margherita (tomate et fromage) car de cette manière on goûte bien la pâte croustillante; secret pour une bonne pizza. Ce sera donc pour la prochaine fois!

Pizzeria Al Leoncino

Via del Leoncino, 28/Rome/Italie/06 68 67 757/Metro Spagna/ Ouvert tous les jours sauf les mercredis de 12h30 à 14h30 et de 19h à 23h30/Argent seulement/ Pizza entre 5 euros et 9.50 euros/ Carafe de vin maison 5 euros/voir carte

De Piazza del Popolo, prenez la Via Del Corso à droite. Ensuite, continuez jusqu’à ce que vous voyez la Piazza di Spagna à votre gauche et la boutique Fendi à droite. La ruelle est derrière Fendi.

Poursuivre la lecture
Partagez!