Chroniques

Image du site http://www.lhotessedelair.com
3 février 2018
Par Elizabeth Landry

Le gros bon sens

Ça s’est passé dans une librairie récemment ouverte à Saint-Georges de Beauce. Je venais de faire trente minutes de voiture pour me rendre à un dîner et comme j’étais en avance j’ai décidé de faire un arrêt au magasin du coin.

J’avais l’une de ses envies et m’étant retenue durant tout le trajet, j’ai aussitôt demandé au commis où étaient situées les toilettes dans l’établissement.

« Oh, mais elles ne sont réservées qu’aux employés », m’a-t-il informé.

Je ne suis pas un enfant et je peux me retenir, mais ce jour-là, j’avais la vessie bien remplie alors j’ai insisté, même supplié, l’orgueil bien effacé.

Compatissant, il m’a incité à le suivre à l’arrière.

Comme il était gêné d’enfreindre la règle d’or, il a annoncé ma venue à l’employée qui s’affairait à ouvrir des boîtes dans le back-store.

« La dame a envie d’aller aux toilettes … » lui a-t-il dit.

J’ai avancé ma tête dans l’embrasure de la porte pour montrer mon visage, petit sourire timide.

« Ah non ! Ce n’est vraiment pas possible! s’est-elle offusquée. Cette toilette est pour nous, pas pour les clients. Si on commence à laisser tout le monde entrer, ça ne finira plus !

 

Le jeune homme m’a donc regardé et m’a lancé un beau « Désolé ».

Je suis restée bouche bée et je n’ai pas renchéri. Je suis retournée rejoindre les deux autres clients qui bondaient le magasin en ce jeudi matin très très achalandé.

Je n’ai pas eu le choix de quitter l’établissement. Disons que j’avais un bon litre de liquide à expulser de mon corps et que sincèrement, mon désir de faire des achats venait de s’envoler.

Puis, j’ai réfléchi. Si j’avais été prise d’une soudaine tourista, aurais-je été obligée de perdre ma dignité pour arriver à me soulager ? Ou si mes pertes féminines m’avaient surprise en plein magasin, aurais-je été obligée de leur montrer ma petite culotte pour prouver que j’avais besoin d’une toilette ?

Cette histoire m’amène à établir un parallèle avec une autre histoire que j’ai vécue dans l’avion.

CUN – YUL (Cancun – Montréal)

 

 

Nous étions en plein service au retour du Mexique. Pour ceux qui voyagent souvent, vous devez savoir que sur les vols du Sud, nous vendons la nourriture, l’alcool, les grignotines, bref, tout.

J’étais assignée au chariot des sandwichs et je descendais l’allée en distribuant la nourriture aux bons preneurs. C’est alors qu’une jeune femme assise à la fenêtre m’a interpellé.

« Est-ce que vous prenez la carte de débit ? »

Je lui ai informé que malheureusement non, que nous n’acceptions que les cartes de crédit.

C’est alors qu’elle m’expliqua la situation.

« Nous n’avons qu’une carte de crédit prépayée et les guichets dans l’aéroport n’acceptaient pas notre carte et nous n’avons pas mangé depuis trois heures. Mon fils a vraiment faim…  »

Désespéré et affamé, le mari de la femme a renchéri aussitôt.

« Si vous avez quelque chose qui reste, n’importe quoi, on va se le partager… »

La vie est remplie de règles et de lois à suivre. Mon ordre à moi était de vendre mes « délicieux » sandwichs.

Parce qu’une règle existe, il faut la suivre non? FAUX ! Des fois, il faut aussi utiliser son GROS BON SENS et son cœur !

J’ai nourri toute la famille ! Trois bons gros sandwichs pour nourrir un enfant de quatre ans et ses parents qui avaient mis de côté pendant une seconde leur fierté pour demander mon aide.

En suivant la logique de Madame Librairie, aurai-je donc dû répondre:

« Désolée, il ne reste que trois heures de vol, il va falloir endurer. Pas d’argent, pas de sandwichs! » ?


Un merci spécial à l’employé du Renaud-Bray pour m’avoir inspiré cette anecdote 🙂


 

Vous avez une opinion à ce sujet? N’hésitez pas à me laisser un commentaire ci-bas. Et surtout pour d’autres anecdotes croustillantes, procurez-vous mes livres disponibles aussi chez Renaud-Bray 🙂

 

Poursuivre la lecture
Partagez!
Image du site http://www.lhotessedelair.com
15 janvier 2018
Par Elizabeth Landry

Les 10 règles d'or pour devenir agent de bord au Québec

Toute compagnie aérienne recherche l’employé idéal et cet employé pourrait être vous! Comment donc faire pour être embauché et enfin voler à 36 000 pieds d’altitude?

Voici 10 règles qui vous guideront lors de l’entrevue jusqu’à effectuer votre premier vol en tant que membre d’équipage.

1. À l’entrevue, on reste conservateur.

Imaginez-vous déjà en poste et ayez les cheveux attachés et bien mis, que vous soyez une femme ou un homme.

Une tenue de style « Business » est parfaite pour l’entrevue. Vouloir impressionner vos futurs employeurs avec votre garde-robe fashionista est une erreur. Restez classique autant dans votre maquillage, ongles, piercing ou boucles d’oreilles.

2. Oui, vous allez être testé sur votre maîtrise de l’anglais et autre langue parlée.  

L’anglais est la langue du voyage et celle qui est utilisée partout dans le monde pour vous faire comprendre, que vous soyez en Chine ou en Allemagne. C’est aussi l’une des deux langues officielles du Canada alors vous devez pouvoir la comprendre et la parler facilement. Lors de l’entrevue, vous serez testé à ce sujet et également dans la maitrise des autres langues que vous dites pouvoir parler.

3. Montrez votre flexibilité et capacité d’adaptation

Vous devez être conscient que ce métier demande de la flexibilité, de l’adaptation, un désir de partir loin, de ne pas trop se soucier de ne pas « exister » lors des premières années. Car effectivement, les débuts seront difficiles. Vous serez sur appel. Vous serez peut-être basé ailleurs qu’à Montréal. Durant les périodes creuses vous serez mis à pied un ou deux mois et devrez combler les fins de mois par un autre emploi. Ça ne sera pas facile au début…

MONTREZ que vous êtes prêt à cela et vous ouvrirez vos portes pour être sélectionné.

4. Êtes-vous prêt à déménager?

Cette question vous sera assurément posée en entrevue. Si la réponse est NON, je vous suggère de chercher un autre métier. Si la réponse est OUI, passez au point suivant.

5. Pourquoi voulez-vous travailler pour telle compagnie aérienne?

Vous appliquez comme agent de bord. D’accord, le métier fait rêver. Mais pourquoi désirez-vous voler pour telle ou telle compagnie?

Faites vos recherches sur l’élue de votre coeur car chacune détient ses spécificités. Peut-être qu’une en particulier vous ressemble davantage. Pourquoi préférez-vous le bleu plus que le rouge? Sachez-le!

6. Soyez vous-même.

Rien ne sert de jouer à l’acteur. Soyez vous-même car votre intervieweur le saura. Les réponses déjà toutes faites ça se sent. Et ne le prenez pas personnel si vous n’êtes pas sélectionné. Le métier d’agent de bord est vraiment prisé. 10 000 applications pour une centaine d’élus…

7. Oubliez le « je suis trop perfectionniste »

Allez! Vous pouvez être plus créatif que cela non? Soyez honnête. On a tous nos petits défauts alors trouvez-en un qui ne vous nuira pas trop et qui vous rend même cute.

8. Vous devez aimer travailler avec le public.

Ça semble évident mais je peux vous dire qu’avec les années, la patience s’écourte. Vous devez avoir de l’expérience dans le service à la clientèle et le mettre en valeur en entrevue. Montrez que vous aimez les gens. BEAUCOUP! Vous pouvez peut-être même exagérer haha!

9. L’entrevue réussie ne veut pas nécessairement dire un emploi garanti.

On vous invite à faire la formation. Vous y êtes presque. Je dis presque parce que tout n’est pas gagné. Il vous faudra réussir la formation axée sur la sécurité aérienne. Soyez discipliné et sérieux car c’est la raison première de votre métier: la sécurité des passagers.

10. Vous ne devenez pas agent de bord pour voyager!

Bien sûr que c’est l’une des raisons pour laquelle vous désirez pratiquer ce métier mais ne le dites pas cela en entrevue. On sait tous que les voyages gratuits sont très alléchants mais votre principale occupation ne sera pas toujours facile. Si vous n’avez pas une personnalité qui aime le changement, vous changerez rapidement d’avis. Je le répète: soyez honnête avec vous-même!

Pour finir…

Le métier d’agent de bord est fascinant et très peu orthodoxe. C’est sans doute le plus beau métier du monde! Disons que très peu de gens peuvent se vanter d’avoir un bureau dans les nuages!

N’hésitez pas à vous procurer mes livres pour en savoir davantage sur le métier! 

Faites escale: Comment devenir agent de bord au Québec et hôtesse de l’air en France

Faites escale: Le métier d’agent de bord un métier méconnu

N.B. Pour les questions spécifiques à une compagnie en particulier, je vous conseille de visiter leur site web. Je ne répondrai pas à vos interrogations concernant les questions posées pendant les entrevues.

 

Poursuivre la lecture
Partagez!
Image du site http://www.lhotessedelair.com
20 décembre 2017
Par Elizabeth Landry

Mon TOP 10 de produits et destinations préférés de l'année 2017

Cette année, j’ai décidé de vous présenter en vidéo mes coups de coeur de l’année  TOUTES CATÉGORIES confondues. Je vous suggère de visionner le vidéo pour savoir pourquoi ces produits et destinations se méritent une place dans mon TOP 10 2017.

Ci-bas, voici le descriptif de chaque item, produit ou destination.

N.B. Je n’ai reçu aucun cachet pour faire mention de ces produits. Toutes mes suggestions sont appréciées et sont le résultat de mes découvertes personnelles. J’espère que vous les apprécierez aussi! 

 

1. Pommade Lucas’ Papaw 14.95 $ sur Amazon.ca ici


2. Crème Velours Caudalie Ultra-Nourrissante 48 $


3. Rouge à Lèvres Lancôme ROSE # 378  —- 40$

Voir le produit sur le site de Lancôme


4. Bali – Indonésie

Voici des articles qui pourraient vous intéresser pour planifier votre voyage à Bali

Un guide Francophone à Bali

Bali pour Noël

Liste de mes coups de coeur à Bali


5. Lisbonne – Portugal

Voici la liste de mes bonnes adresses à Lisbonne


 

6. Flight Radar 24


7. Gamme cheveux Kérastase Aura Botanica

Shampooing – 45 $

Revitalisant – 60$

 

8. Petra – Jordanie

Pour faire le même itinéraire que moi à Petra par ici


9. Roatán – Honduras

Mon hôtel lors de mon séjour: Hôtel Henry Morgan avec Transat

Pour une plongée avec les requins au Roatan par ici


10. Montre Casio Vintage  voir site web Casio


 

Sur ce, je vous souhaite de beaux voyages l’an prochain et de repousser vos limites en choisissant de découvrir des endroits qui vous sont encore pour le moment inconnus.

Si vous prenez l’avion, n’hésitez pas à me saluer et je me ferai un plaisir de vous servir un jus de tomate… haha!

Joyeuses Fêtes et à l’année prochaine!

Poursuivre la lecture
Partagez!
Image du site http://www.lhotessedelair.com
17 octobre 2017
Par Elizabeth Landry

Bye bye la machine à LIKE!

Ça fait longtemps que j’y pense et j’ai besoin de vous en parler.

L’autre jour, j’ai lu un article d’une blogueuse qui disait qu’elle était devenue accroc aux réseaux sociaux. Que rares étaient les soupers entre amis sans téléphone portable.

Elle mentionnait aussi qu’à chaque post qu’elle mettait sur sa page Facebook, elle s’interrogeait : « Est-ce que je vais avoir assez de J’AIME ? » Et qu’à force de publier des photos, des articles, un peu de notre vie, on finissait par la perdre justement notre vie. L’instant présent.

Je me suis reconnue là-dedans. J’ai commencé à écrire car je voyais tellement de belles choses dans le monde que je voulais en faire profiter les autres. Je voulais vous inciter à parcourir le monde, vous aussi.

C’est en plongeant avec les requins aux Bahamas que j’avais ressenti le désir d’écrire, de partager mon expérience. Ça avait été si magique ! Je pense que ça l’avait été, justement parce que ce jour-là, j’avais profité du moment présent. J’avais regardé chaque requin qui nageait devant moi. Qui m’hypnotisait.

 

J’avais pris des photos sous l’eau certes. Il me fallait bien un petit souvenir. Pour MOI. Je n’étais pas là à chercher l’angle parfait pour que l’image soit WOW et récolte des LIKE. De toute façon, je n’avais pas de Facebook encore. Mon blogue n’existait pas. Instagram on n’en parlait même pas.

À mon retour de voyage, j’avais appelé un ami qui travaillait pour un magazine. Je lui avais proposé mon expérience par écrit. Heureusement, mes photos étaient belles et j’avais pu les utiliser pour l’article. Mes mots transportaient le lecteur. L’amenait avec moi à Nassau avec ces magnifiques requins.

 

Des années plus tard, j’ai l’impression de ne plus saisir ces moments si précieux. Si important lorsque l’on raconte une histoire. Je pense être une écrivaine dans l’âme. Mais pour cela, je dois m’inspirer, vivre, profiter des aventures qui s’offrent à moi, sans être préoccupée par la machine à LIKE.

J’ai l’impression qu’à force de chercher de bons sujets d’articles, de prendre des photos sur le vif pour les agrémenter, j’en suis venue à me comparer et à cesser de profiter du voyage en soi juste pour prendre LA photo qui va faire augmenter mes followers.

Je ne me souviens plus de la dernière fois où j’ai visité une ville la tête vide sans même prendre une photo. Sans me dire que ce paysage, ruelle, monument ferait une belle photo sur Instagram ou obtiendrait des partages sur Facebook.

Je ne crois pas être la seule dans cette situation. Mon fil d’actualité est rempli de selfie pris dans un merveilleux décor mais auquel la personne lui fait dos. Voyageons-nous pour prendre une photo ou pour vivre une expérience?

J’ai voyagé souvent seule et j’ai été confrontée à moi-même et j’ai appris un peu plus sur moi-même. Je veux encore voyager pour être éblouie par le monde, les gens et vivre des aventures toutes aussi surprenantes les unes que les autres.

Je veux avant tout voyager pour être présente dans chaque moment et m’allouer le droit de ne plus me sentir coupable parce que je n’ai pas retenu l’adresse de tel restaurant à Sydney ou photographié ce beau coucher du soleil pour vous en faire part.

Ce n’est pas vous chers lecteurs qui m’avez mis de la pression. Bien sûr que non ! C’est moi qui a fait cela seule, comme une grande ! Je suis bien bonne là-dedans, me mettre de la pression.

Cette fois-ci, je pars pour moi. L’Australie m’attend. J’ai toujours voulu visiter ce pays et pas question que je parte en me disant qu’il me faut la SHOT pour en mettre plein la vue.

Je veux pouvoir prendre une photo parce que ce paysage m’émeut. Je veux aussi ne pas prendre rien parce que j’ai juste le goût d’admirer ce que je vois. Je veux revenir et écrire sur ce que j’ai vécu parce que je l’ai vécu à fond.

Bye bye la machine à LIKE. On se revoit en janvier 2018 !

Poursuivre la lecture
Partagez!